publicité

Les Wampas mettent le feu au Blackwoodstock

Le Blackwoodstock rock and arts festival se termine cette nuit, à Moindou. Au programme du samedi, une demi-douzaine de groupes extérieurs à la Calédonie, encadrés par de nombreuses formations locales. Environ 2000 spectateurs étaient décomptés hier, pour une soirée marquée par l'ouragan Wampas.

La promesse Wampas d'un spectacle détonnant a été tenue. © NC 1ère / Françoise Tromeur
© NC 1ère / Françoise Tromeur La promesse Wampas d'un spectacle détonnant a été tenue.
  • Par Françoise Tromeur
  • Publié le
Après les «Franco» au début du mois, place à un autre événement musical de grande ampleur. Un rendez-vous qui déménage, dans la joie et l’autodérision. Le Blackwoodstock rock and arts festival vit depuis vendredi sa cinquième édition. La deuxième sur le site de Fort-Teremba, à Moindou, où ont été dressées pas moins de cinq scènes et la multitude de tentes qui abritent les festivaliers restés dormir sur place. Sans parler des bénévoles, puisqu’au moins 180 petites mains s’affairent à ce week-end de folie.

Grand écart musical

La première date du Blackwoodstock 2017 a fait se déplacer hier environ 2000 spectateurs, selon les organisateurs, pour une soirée marquée par un grand écart musical. Les concerts avaient été ouverts en fin d’après-midi par les groupes calédoniens, qui sont en tout presqu’une trentaine à faire entendre leurs compositions.
Puis le défilé des invités a débuté avec Jérémy Nattagh. L’ingénieux multi-instrumentiste a posé ses hangs sur la scène principale et a manié ces instruments semblables à de petites soucoupes volantes pendant que la compagnie Art’i’Flam déroulaient ses jongleurs de feu. Une prestation à la fois douce et rythmée, que le musicien métropolitain annonçait dans ce reportage de Karine Arroyo et Laura Schintu.
BLACKWOODSTOCK FESTIVAL

Dans le monde de Fersen​

Devant les gradins du Fort, c’est un poète gouailleur, un acrobate des mots, un faux cynique, qui attendait le public en la personne unique de Thomas Fersen. Trônant au piano, accompagné d’une violoniste, l’auteur-compositeur-interprète a réussi à emporter les spectateurs dans son drôle de monde.

Quand Thomas Fersen met son tabouret de piano en scène. © NC 1ère / Françoise Tromeur
© NC 1ère / Françoise Tromeur Quand Thomas Fersen met son tabouret de piano en scène.


Histoires chantées et parlées​

L’artiste âgé de 54 ans a servi des titres de son album sorti cette année, «Un coup de queue de vache», autant que les grands classiques que les connaisseurs attendaient. La Chauve-souris, Monsieur, Croque, Louise, Le Chat botté ont ainsi été convoqués. Des apparitions entrecoupées par de drôles d’histoires parlées, mais toujours rimées, comme Thomas Fersen l’expliquait plus tôt à Karine Arroyo et Sylvie Hmeun.
FERSEN FESTIVAL BLACKWOODSTOCK

Explosifs Wampas

Une parenthèse un peu magique, contrebalancée par un concert explosif sur la scène principale. La promesse Wampas a été tenue, le groupe punk rock a dé-ton-né. Didier Wampas, 55 ans, a mis le feu d’entrée. Le showman s’est empressé de plonger dans son élément : le public. Il l’a traversé. A slamé dessus, assis, debout et couché. L’a fait monter sur scène. L’a contourné. A tenté de le faire pogoter «comme au Hellfest».

Didier Wampas et le coup de la chaise. © DR
© DR Didier Wampas et le coup de la chaise.

Un concert d'anthologie

Une bête de scène et un son vraiment rock, avec des titres tirés des albums d’hier comme d’aujourd’hui. Les Wampas n'ont pas oublié de sortir le porte-feuille de Manu Chao. Un concert qui devrait rester dans les annales du festival. «Légendaire», lance même Jean-Marc Desvals, président de l’association Blackwoodstock. «On les a fait venir pour ça, ils sont vraiment dans l’esprit du festival.»

Des festivaliers de tous les âges, sur le site de Teremba. © NC 1ère / Françoise Tromeur

 

Enchaînement​

Moustaches Gracias, groupe né à Albi avec des membres installés en Calédonie, devait enchaîner sur ce raz-de-marée. Mission remplie, le public s’est laissé chavirer dans cet autre répertoire, de musique traditionnelle populaire.
Un autre changement d’ambiance plus tard, les festivaliers encore d’attaque découvraient sur la scène principale l’univers néo-psychédélique de Pete International airport, servi par une ambiance très esthétique.

Dès 8h30

Et ce matin, des musiciens locaux comme les membres de Morning Phœnix avaient la lourde tâche d’ouvrir la deuxième journée musicale sur la grande scène. Même à 8h30, il y avait un auditoire pour les applaudir. Depuis, les prestations locales se sont succédées. Elles ont préparé le terrain à sept invités attendus à partir de 16 heures. Les Néozélandais metal rock de Uncle Fester, le nom originel d’Oncle Fétide dans La Famille Adams. Naked Giants, trois jeunes punks très prometteurs de Seattle, Etats-Unis. Le retour en Calédonie de l’Australien Shaun Kirk. Les Tahitiens funk rock de Yellowstone et le «paumotu gothique» du groupe Tikihari.

Attendus Dandy Warhols

Mais la principale affiche du jour, ce sont The Dandy Warhols, inimitables spécialistes en pop entêtante. Le rock psychédélique de la formation japonaise Kikagaku Koyo devrait également valoir le détour par Moindou. Fin des festivités aux alentours de 3 heures du matin pour ce festival dont plusieurs concerts seront mis en ligne par NC 1ère.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play