publicité

Un an et demi de prison pour avoir foncé sur des policiers

Un jeune homme de 22 ans a été condamné jeudi à dix-huit mois d’emprisonnement. En avril, très alcoolisé, il avait foncé sur des policiers au Mont-Dore. Il était accompagné d’une dizaine de personnes, qui avaient choisi délibérément leurs cibles.

© MN NC1ère
© MN NC1ère
  • Jeannette Peteisi avec F.T.
  • Publié le
Les faits se sont déroulés le vendredi 14 avril, à 21h30, au Mont-Dore. Le prévenu, âgé de 22 ans et originaire de Saint-Louis, conduit un 4x4 occupé par une dizaine de personnes. Dans le secteur de la tribu, le groupe reconnaît un véhicule de la police municipale. Il décide de le prendre à partie. Deux policiers sont à bord. Le prévenu et ses acolytes leur foncent dessus et les percutent.
 

Un enchaînement

Pendant que d’autres s’attardent à leur lancer des projectiles, deux d’entre eux s’arment de barres de fer et frappent violemment le capot du pick-up de la police. Le prévenu et les occupants du tout-terrain qu’il conduit repartent à vive allure. Ils manquent alors d’écraser une piétonne, sauvée par l’intervention des policiers qui réussissent à leur passer devant. Plus loin, dans leur fuite, ils percutent la voiture d’une automobiliste et lui arrachent un rétroviseur. Cet enchaînement de faits va créer un flottement durant quelques dizaines de minutes à hauteur du Thabor, les gens hésitant à s’engager plus loin sur la RP1.
 

Au tribunal

Au tribunal, le mis en cause a décidé de garder le silence. Il dit ne plus se rappeler des faits. Maître Calmet, l’avocat des deux policiers, parle d’une stratégie et d’une mémoire sélective. Les agents réclament un franc symbolique. Pour eux, Saint-Louis ne doit plus devenir un lieu de non-droit. Maître Despujols, l’avocate du prévenu, estime toutefois qu’on essaye de colorer le dossier de son client en parlant de Saint-Louis : « c’est nuancer de manière un peu faussée son image». Le ministère public a demandé que le jeune homme reste au Camp-Est et qu’il écope de prison ferme. Le tribunal l’a condamné à 18 mois d’emprisonnement et au maintien en détention, avec le franc symbolique à verser aux deux policiers.
 

Sur le même thème

  • justice

    Coups de feu et tentes brûlées à Bourail devant le tribunal

    La justice examine des violences survenues le 5 mars sur une propriété de Nouvelle-Calédonie, à Bourail. Un père et son fils ont violenté des chasseurs, tiré sur leur voiture et mis le feu aux tentes. Les victimes ont dû quitter le domaine à pied, en pleine nuit.

  • justice

    De jeunes multicambrioleurs devant le tribunal

    Cinq jeunes hommes ont été condamnés vendredi 21 juillet par le tribunal correctionnel, pour vol en réunion avec effraction et dégradation de biens. Ils avaient commis de nombreux cambriolages sur les secteurs de Païta et du Mont-Dore, entre juillet et août 2016.

  • justice

    Condamné pour un vol de 4 000 francs

    Cet ex-employé de l’OPT, a payé cher un moment d’égarement. Il avait utilisé une carte bancaire trouvée dans un courrier. Le tribunal l’a condamné à 4 mois de prison avec sursis et l’interdiction d’exercer dans la fonction publique pour une durée de 3 ans.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play