publicité

Deux jeunes hommes jugés pour l'accident qui a coûté la vie de Mathilde Molina

Un procès très attendu en Nouvelle-Calédonie s’est ouvert ce matin, à Nouméa. Celui des deux jeunes accusés d'avoir causé la mort de Mathilde Molina. Au petit matin du 19 août 2016, cette infirmière de 23 ans était percutée à l’Anse-Vata par un véhicule qui ne s'est pas arrêté. 

Après l'annonce de son décès, une marche en mémoire de Mathilde avait eu lieu à l'Anse-Vata. © NC 1ère
© NC 1ère Après l'annonce de son décès, une marche en mémoire de Mathilde avait eu lieu à l'Anse-Vata.
  • Natacha Cognard et Malia Losa Falelavaki (F.T.)
  • Publié le , mis à jour le
Le 19 août 2016 au petit matin, Mathilde Molina sort de discothèque à l’Anse-Vata. Alors qu’elle traverse la promenade Roger-Laroque, cette infirmière âgée de 23 ans est violemment heurtée par un véhicule. Le conducteur prend la fuite en laissant la jeune femme inconsciente sur le bord de la route. Prise en charge par les urgences, on lui diagnostique de multiples lésions au cerveau.

A la recherche de témoins

Les investigations de la police nationale et de la gendarmerie piétinent. La famille recherche activement des témoins de l’accident. «Mathilde», comme la Calédonie se met à appeler celle qui devient un symbole de l’insécurité routière, décèdera au début du mois de novembre à l’hôpital d’Annecy. Devant son état, sa famille prend la lourde décision d’arrêter l’assistance respiratoire qui la maintenait en vie. Elle est inhumée en Haute-Savoie.

Arrêtés trois mois après

Les deux jeunes hommes qui comparaissent depuis ce matin devant le tribunal correctionnel, âgés de dix-neuf ans, ont été interpellés à la mi-novembre, près de trois mois après les faits. Allan Nicol, le conducteur, est poursuivi pour homicide involontaire et délit de fuite. Thomas Louviers, le passager, doit répondre de non-assistance à personne en danger. Ils encourent respectivement sept et cinq ans de prison.

«Incertitude», dit la défense

Ce mardi, le procès n’a véritablement commencé que peu avant midi. L’avocat du conducteur a en effet demandé un supplément d'information. Maître Denis Milliard a fait état d’un rapport d’accidentologie et soulevé la présence d’une deuxième voiture. Ce serait cet autre véhicule qui aurait projeté Mathilde Molina à soixante mètres du point de choc. Il y aurait une «incertitude» ne permettant pas de juger les prévenus.

«Théorie du complot», répond la partie civile

La demande a été balayée par les deux avocats de la partie civile. Pour maître Jean-Jacques Deswarte, qui a évoqué «la théorie du complot», «c’est un moyen pour Allan Nicol d’échapper à sa responsabilité». «Une manœuvre indécente», a ajouté le ministère public.

Offert par le père

Les avocats du fond de garantie et des assurances sont aussi intervenus. Le père du principal prévenu avait offert le véhicule à son fils qui venait d’obtenir son permis de conduire. Mais l’assurance n’était pas à son nom. C’est le père, d’ailleurs, qui a procédé lui-même à la réparation du véhicule le lendemain de l’accident.

Demande rejetée

Après suspension de séance, la présidente du tribunal a rejeté la demande de supplément d’information et les débats ont pu commencer. Les deux prévenus ont d'emblée reconnu les faits.

Sur le même thème

  • justice

    Le jeune chauffard qui a renversé Mathilde condamné à six ans de prison

    Treize mois après l'accident qui a coûté la vie à Mathilde Molina, Allan Nicol, dix-neuf ans, a été condamné cet après-midi à six ans de prison ferme pour homicide involontaire et délit de fuite. Thomas Louviers, son passager, a écopé de huit mois de prison pour non-assistance à personne en danger.

  • justice

    Le sens d'une réclusion à perpétuité

    C’est une peine qui pose toujours énormément de questions : la réclusion criminelle à perpétuité. Elle a été infligée par la cour d’assises de Nouvelle-Calédonie la semaine dernière, à l’encontre d’un homme qui avait tué ses enfants. Décryptage.

  • justice

    3 ans de prison pour la mort de son passager

    Un jeune homme de 29 ans a été jugé ce mardi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel pour conduite en état d’ivresse et usage de stupéfiants ayant entrainé la mort d’une personne. Il a été condamné à 3 ans d’emprisonnement dont 16 mois avec sursis. 

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play