publicité

Un week-end, quatre congrès indépendantistes

Le week-end chargé des partis indépendantistes s’est prolongé jusqu'à ce lundi, avec la réélection de Daniel Goa à la tête de l’Union Calédonienne. Retour sur ces différents congrès : l'UC à Nouméa, le Palika à Poum, le RDO à Dumbéa et l’UPM à Ouvéa.

Malgré les critiques, Daniel Goa a été largement réélu à la tête de l'UC. © NC 1ère
© NC 1ère Malgré les critiques, Daniel Goa a été largement réélu à la tête de l'UC.
  • Rédactions de NC 1ère
  • Publié le , mis à jour le

Daniel Goa reste le patron de l'UC​

Reconduit, ou pas reconduit? C'était la question politique de ce lundi. Daniel Goa était soutenu par une partie des militants mais décrié par d'autres pour ses prises de parole médiatiques, son franc-parler concernant certains dossiers internes, ou encore son intervention dans différents conflits.
Le suspense a pris fin : le président de l'UC depuis cinq ans a bel et bien été réélu. En revanche, Gérard Reignier n'est plus secrétaire général, un poste désormais confié à Philippe Ajapuhnya.

Fin du congrès aujourd'hui

C’est en effet par le renouvellement de son bureau que le parti achevait son 48e congrès, à Nouméa sur le site de Ko We Kara. La préparation de la consultation de 2018 était au cœur de ces travaux étalés sur trois jours.

Reportage Brigitte Whaap et Claude Lindor. 
CONGRES DE L'UC


Le Palika : "une indépendance en partenariat avec la France"

"Une indépendance en partenariat avec la France" telle est la proposition "phare" de ce 42e congrès du Palika. Il a débuté vendredi et il s'est achevé hier, à la tribu d’Arama sur la commune de Poum.
Durant trois jours, les congressistes ont planché sur la préparation de la consultation de 2018. Seule et unique priorité, désormais, pour le parti de Paul Néaoutyine : l’action et la sensibilisation de terrain.


Reportage Cédrick Wakahugnème
A l'issue du congrès du Palika

L'UPM et la crise du gouvernement

L’Union progressiste en Mélanésie a choisi Ouvéa pour son 34e  congrès. Au cœur des débats:
- l’accord politique trouvé à Paris quant à l’inscription des natifs sur la liste générale,
- le travail à mener avant la consultation référendaire et,
- la crise au sein du gouvernement.
Ce blocage institutionnel pourrait prendre fin si la plate-forme loyaliste acceptait de faire des concessions, à savoir, discuter des modalités de sortie avec les indépendantistes.
Et l’UPM, dont le bureau politique a été intégralement reconduit, pourrait faire des propositions en ce sens.

Le président Victor Tutugoro répond à Malia Noukouan.
«On pourrait débloquer la situation»


Le RDO veut aller de l'avant

Se donner les moyens pour accéder à l’indépendance l’an prochain, c’est également la priorité du Rassemblement démocratique océanien. Ce week-end à Dumbéa, au Carigou, le RDO a mis en avant sa nouvelle "section jeune", une jeunesse qui veut avancer avec tous les Calédoniens pour une sortie apaisée de l’Accord. Y compris en abordant le délicat sujet des événements de l'Ave Maria, il y a une quinzaine d'années, à Saint-Louis.
Le parti a également dressé un bilan «inquiétant» de la situation de la communauté wallisienne et futunienne.

Le président réélu, Aloisio Sako, au micro de Malia Noukouan.
«On est en bas de l'échelle»

 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play