publicité

Après avoir silloné quatre îles des Australes, la pirogue Fa'afaite vogue vers son mouillage habituel à Papeete. Cette expédition avait pour objectif la promotion d'une grande réserve marine aux Australes. A chaque escale, à Raivavae, Tubuai, Rurutu et Rimatara, la pirogue a été accueillie avec enthousiame. La1ère était à bord. Retour en images et en photos. 

La pirogue Fa'afaite, quesako ?

La pirogue Fa'afaite qui a vogué à travers les îles australes pour promouvoir le projet de réserve marine dans l'archipel est en fait née de la volonté d'un mécène allemand : Dieter Paulmann. Cet industriel s'est passionné pour la navigation traditionnelle au point de faire construire huit pirogues à voile en Nouvelle-Zélande.

La pirogue Fa'afaite © D. Hazama

Parmi elles, Fa'afaite qui a été attribuée à la Polynésie française. Fa'afaite signifie en Tahitien : Réconciliation. Pour en savoir plus sur la navigation traditionnelle, lisez cette interview de Jean-Claude Teriierooiterai, président de l'association Fa'afaite et regardez le MoJo (reportage réalisé avec un smartphone) ci-dessous : 
 

 

Première escale : Raivavae

C’est la seconde fois que la pirogue Fa’afaite vient à Raivavae. Une pierre du Fenua a déjà été déposée par l’équipage, comme c’est la tradition. Cette pierre a été scellée dans le jardin de la mairie.

Vue de Raivavae © CB


Mais la nouveauté, c’est qu’à bord de la pirogue, le capitaine est un enfant du pays : Titaua Teipoarii. Ancien guide de randonnée à Raivavae, il a choisi de prendre le grand large pour devenir un capitaine incontesté. Il a appris la voile au côté de Teva Plichard. Regardez ci-dessous un MoJo dans lequel il explique aux membres de l'équipage ce qu'est la navigation traditionnelle en Polynésie. 
A Raivavae, il y a une tradition unique. Les pirogues à voile sont encore cousues main. Découverte avec Jimmy Opeta, président de l’association Ecotourisme Raivavae avec ce reportage tourné avec un smartphone :
Dans cette île, la population semble majoritairement favorable à la réserve marine. Ce projet porté par l’association Rahui nui no Tuha’a Pae et l’ONG Pew en Polynésie vise à interdire la pêche de 20 milles à 200 milles nautiques (37 et 370 km) au large des côtes, la pêche lagunaire restant ouverte aux habitants de l’île. Pour Henri Teipoarii, l’un des rares pêcheurs professionnels, ce projet lui semble juste. La1ere l’a suivi à la pêche au thon.
Le maire de Raivavae, Joachim Tevaatua (Tapura Huiraatira) a donné son avis à La1ère sur le projet de réserve marine des Australes. Les habitants de l'île étant majoritairement pour ce projet, le maire estime qu’il “doit suivre sa population”. A titre personnel, il estime que "c'est bien pour l'avenir de nos enfants".

Joachim Tevaatua, maire de Raivavae © CB

Le départ de Raivavae a été émouvant pour l’équipage de la pirogue Fa'afaite, en particulier pour le capitaine qui a quitté sa famille. Le premier adjoint au maire, l’infirmier Clarck Tumarae s’est embarqué à bord, ainsi que le pêcheur Sablon Flores. Ci-dessous, des images de la traversée :
 

Deuxième escale : Tubuai

La traversée entre Raivavae et Tubuai a été particulièrement longue. Plus de 35 heures de pirogue, en raison de la faiblesse du vent. Vers 23 heures, l’équipage s’est inquiété, car la pirogue avait même tendance à reculer !

Vue de Tubuai © CB

Une cérémonie d’accueil s’est déroulée à Tubuai en présence du maire, Fernand Tahiata (Tahoeraa Huiraatira),  très motivé par le projet de Réserve marine. Des danses, des chants, des discours ont émaillé la fête.

Attente de la pirogue sur la plage à Tubuai © CB

Les membres de l'équipage ont sauté à l'eau pour se rendre à la cérémonie organisée par la mairie de Tubuai.

© CB


Fernand Tahiata, le maire de Tubuai, devant l'équipage de la pirogue Fa'afaite © CB


Dans la soirée, un Orero (concours d'éloquence) s’est tenu à Tubuai auquel participait le président Edouard Fritch (Tapura Huiraatira) accompagné de sa ministre de l’Education, Nicole Sanquer, candidate aux élections législatives. La1ere.fr a suivi deux enfants de Rapa venus faire un discours sur le Rahui. Le Rahui est une mesure sacrée qui vise à mettre en place une interdiction de pêche sur une zone donnée.
 
Depuis 1984, le Rahui a été mis en place à Rapa, l’île des Australes la plus isolée, mais aussi la plus protégée de l’archipel. A l’époque le maire Lionel Watanabe s’était inquiété de l’utilisation de nouvelles techniques de pêche, mais surtout de l’arrivée des congélateurs. Ces deux éléments avaient provoqué une inquiétante chute de la ressource en poissons. 

Les enfants de Rapa participant à l'Orero des îles australes © CB


Interrogé par La1ère au sujet du projet de Rahui nui, la grande réserve marine des Australes, le président de la Polynésie française s'est prononcé en faveur d'une aire marine gérée. Malheureusement notre pays ne regorge pas de ressources", explique Edouard Fritch à La1ère.

© Cécile Baquey


"Nous n'avons pas de nickel, pas d'or, nous avons l'agriculture, la beauté de nos paysages et cet immense océan qui nous entoure et qui, nous en sommes convaincus, va être un réservoir important en matière de fournitures de thonidés sur le marché mondial, donc nous réservons cette zone. Nous ne voulons pas interdire la pêche faite par nos Polynésiens dans cette zone", se justifie le président de la Polynésie à La1ère. 

Des militants en faveur de la réserve marine à Tubuai © CB


Parmi les militants actifs de la réserve marine des Australes à Tubuai, Wilson Doom, ne laisse personne indifférent. Le verbe haut, des propos parfois fantasques, l'homme est sincérement amoureux de la nature, mais aussi de la culture polynésienne. Il a emmené tout l'équipage de la pirogue Fa'afaite dans un Marae, un lieu sacré qu'il connaît bien. Regardez ci-dessous ce reportage MoJo :


A Tubuai, même la poste a un petit côté marin, avec son logo en forme de poisson...

La poste de Tubuai © CB

 

Cybèle Plichard de Polynésie 1ère filmant la pirogue Fa'afaite © CB

 

Troisième escale : Rurutu

La pirogue Fa'afaite est arrivée sans encombre à Rurutu. L'accueil réservé par la population a été particulièrement chaleureux, bien que le maire ait préféré boycotter la cérémonie. Frédéric Riveta (Tapura Huiraatira) était au départ partisan de la Réserve marine. Il avait signé en 2014 une délibération en faveur de ce projet, avant de remettre en cause sa décision.

Accueil à Rurutu de la pirogue Fa'afaite © CB


Titaua Teipoarii, Jérôme Petit, Donatien Tanret, Viriamu Teuruarii, Mooria Mooria Iti, Fernand Tahiata et Tevai Malinowsky © CB


L'équipage a été accueilli par une immense couronne végétale comme c'est la coutume lors d'événements exceptionnels, nous a expliqué Teupoo Fatupoa Avae, journaliste de Polynésie 1ère et native de Rurutu. 

Teupoo Fatupua Avae de Polynésie 1ère © CB


L'île de Rurutu est connue pour abriter le moule d'une statue assez étonnante : la statue du Dieu A'a. L'original se trouve au British Museum. C'est autour de 1820 que cette statue si particulière a quitté Rurutu pour Raiatea. A l'époque, la population de l'île est passée de 6 000 à une centaine d'habitants.

Moule de la statue du Dieu A'a à la mairie de Rurutu © CB


Des habitants de Rurutu sont partis en quête de remèdes et sont arrivés au siège de la London Missionary Society à Raitea à qui ils ont remis la statue du Dieu A'a pour preuve de leur conversion au christianisme. A Rurutu, un couple de passionnés, Elin et Viriamu Teuruarii militent pour que la statue vienne à Tahiti et pourquoi pas quelques jours à Rurutu. Regardez ci-dessous de reportage tourné avec un smartphone :

 

Quatrième escale : Rimatara

Après une traversée mouvementée, la pirogue Fa'afaite est arrivée à bon port à Rimatara, la plus petite île de l'archipel des Australes au charme indéniable. C'est ici que se trouve le président de l'association Rahui nui no Tuha'a Pae, Artigas Hatitio.

Artigas Hatitio © Cécile Baquey


Rimatara est une île sans lagon. La pirogue Fa'afaite a su s'amarrer au large. L'équipage est arrivé sur terre grâce à un potimarara (bâteau à moteur) piloté par un gendarme. 

Arrivée de l'équipage de la pirogue Fa'afaite à bord d'un potimarara à Rimatara © CB


Une fois à terre, les navigateurs ont été accueillis par la population. Ils ont du d'abord passer devant la fumée purificatrice comme c'est la tradition à Rimatara. Ensuite, les membres de l'équipage ont reçu des colliers de fleurs et ont embrassé plusieurs habitants de l'île disposés en file. Découvrez en images cette arrivée à Rimatara grâce à ces images tournées avec un smartphone :



Bonus : Vaiana

A chaque escale ou presque, des projections du dessin animé Vaiana ont été organisées. A Rurutu des enfants se disputaient à ce sujet. Un petit garçon disait que la pirogue amarrée était bien celle de Vaiana, tandis que sa grande soeur lui répétait avec autorité : "mais non c'est Fa'afaite !"

Des enfants jouant à la corde (végétale) à Rurutu © CB


La1ère a donc demandé à deux petites filles assez fans de Vaiana (l'une l'a vu moins de 50 fois et l'autre 90 fois !) de donner leurs impressions sur le dessin animé. Regardez ci-dessous ces images prises à Tubuai :