publicité

Un collectif propose de l'aide pour stériliser les animaux

La surpopulation des animaux pose problème en Polynésie. Beaucoup d'entre eux sont abandonnés. Un mouvement propose de rembourser une grande partie des frais de stérilisation pour tenter d'endiguer le problème.

© Polynésie 1ère
© Polynésie 1ère
  • polynesie1ere.fr, Brigitte Olivier
  • Publié le , mis à jour le
Vous avez des difficultés pour stériliser votre animal de compagnie ? Vous aimeriez le faire, mais le coût de l’opération vous freine ? Rendez-vous sur Facebook pour rejoindre la page "Collectif pour la cause animale". Quito Braun Ortega, homme d’affaires bien connu en Polynésie française, a fondé ce qui n’est pas une association mais plutôt un mouvement pour permettre à tous de stériliser leurs animaux domestiques.

Avec l’aide de quelques mécènes, il se propose de rembourser une grande partie des frais de stérilisation. Pas de critères à remplir. Il faut juste avancer les frais, et présenter au collectif une facture acquittée par le vétérinaire. Ensuite, le collectif se charge de vous rembourser.

Eduquer les gens


Plusieurs bénévoles ont rejoint Quito Braun Ortega, et notamment Marama Brès, ancienne hôtesse de l’air, qui depuis 5 ans receuille des chiens abandonnés, maltraités, battus ou affamés. Ce sont des passants qui lui indiquent où se trouvent les animaux qu’elle soigne et qu’elle remet sur pattes. Elle en a onze aujourd’hui et les propose à l’adoption. "Il y a un vrai problème de surpopulation", confie Marama Brès. La surpopulation canine pose en effet de graves problème de santé publique, mais aussi nuit fortement à l’image touristique du Pays.

Marama Brès

Marama Brès milite aujourd’hui pour une éducation générale de la population, afin d’éviter ces hordes de chiens qui peuvent devenir dangereux. "Les associations ne peuvent pas s'amuser à recueillir les animaux abandonnés sans arrêt".

Marama Brès

A Bora Bora, le problème a été pris à bras le corps par le maire Gaston Tong Sang, secondé par une association et le vétérinaire de l’île. Elle souhaite que cette initiative de stérilisation massive soit étendue à tous les archipels de la Polynésie française.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play