publicité
Élections 2017
avec

Rechercher un résultat

Bagarre au bloc : interdiction d'exercer à vie requise

Les docteurs Valla et Parisot s'étaient battus au bloc opératoire, à la clinique Cardella, après une opération, en octobre 2016. Lors de leur procès aujourd'hui, le Procureur a requis notamment une interdiction d'exercer à vie à l'encontre du Dr Valla.

Le chirurgien-plasticien et l'anesthésiste en étaient venus aux mains, en pleine opération, en octobre 2016. © cardella
© cardella Le chirurgien-plasticien et l'anesthésiste en étaient venus aux mains, en pleine opération, en octobre 2016.
  • L. G, N. S
  • Publié le , mis à jour le
A la suite d'une opération de plus de cinq heures à la Clinique Cardella, en octobre 2016, le Dr Maxime Valla, chirurgien-plasticien, et le Dr Patrick Parisot, anesthésiste, en étaient venus aux mains. Le chirurgien avaient demandé des médicaments pour sa patiente, l'anesthésiste avait refusé. Les deux hommes s'étaient alors insultés, battus, l'un étranglant l'autre avec son stéthoscope...Bilan : 15 jours d'ITT (Interruption Temporaire de Travail) pour le Dr Valla et 3 jours d'ITT pour le Dr Parisot.

Le comportement du Dr Valla n'a pas joué en sa faveur, aujourd'hui, devant la Cour. Multipliant les mensonges en garde-à-vue, feignant un état de santé fragile pour en sortir, refusant la prise de ses empreintes digitales...En outre, des traces d'amphétamines et de métamphétamines avaient été retrouvées lors d'une analyse. Poursuivi pour violences aggravées, usage de stupéfiants, menaces de mort (sur un journaliste), mise en danger de la vie d'autrui et refus d'obtempérer, le Dr Valla encourt une interdiction d'exercer à vie, 6 mois de prison avec sursis et 250.000 Fcp d'amende. Le chirurgien-plasticien avait déjà été condamné en 2012 pour violences avec arme.
De son côté, la défense a démenti l'usage de stupéfiants, expliquant les traces retrouvées par des prises de médicaments et a dénoncé "un complot". Le médecin s'est toutefois excusé pour les menaces de mort : il reconnaît avoir téléphoné à un journaliste, suite à la publication de l'affaire, se faisant passer pour un avocat de la place et en lui demandant s'il avait "un bon temps en apnée"...

Le Procureur a requis 150.000 Fcp d'amende avec sursis à l'encontre du Dr Parisot, poursuivi pour violences aggravées.

Depuis les faits, le Dr Valla exerce toujours au sein de la clinique Paofai cette fois, mais reconnaît avoir vu sa patientèle diminuer. En revanche, le Dr Parisot s'était vu interdire l'accès à la clinique Cardella par sa direction et avait donc été contraint de revendre ses parts, se mettant d'office à la retraite.
Bagarre au bloc, interdiction d’exercer à vie requise
Bagarre au bloc, interdiction d’exercer à vie requise

Le délibéré est attendu le 29 août prochain.

Sur le même thème

  • justice

    15 ans de prison pour le violeur en série

    Après trois jours d'audience, le violeur en série a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle. Le suspect a également été inscrit au fichier des auteurs d'infractions sexuelles.

    Publié le vendredi 02 Juin 2017 à 17:47
  • justice

    Trafic de cannabis, vols, violence, détention d'arme...

    Jeudi 1er juin, au tribunal correctionnel de Papeete, les accusés ont défilé à la barre.Le premier à s'être présenté est un père de famille récidiviste, le deuxième est un jeune receleur, le troisième enfin est un homme déjà bien connu pour outrages à magistrats et dégradations de biens matériels.

    Mis à jour le vendredi 02 Juin 2017 à 16:12
  • justice

    Assises : il avait tabassé sa compagne à mort

    Un nouveau procès pour coups mortels sur fond d'alcool s'est ouvert aux Assises, mardi 30 mai. Les jurés examinent le cas de Tamatea Butcher. L'homme est accusé d'avoir battu sa concubine à mort, le 26 juin 2015, à Raiatea. L'affaire avait été renvoyée une première fois, en février dernier.

    Mis à jour le mardi 30 Mai 2017 à 20:29
Tahiti Informations Tahiti Informations

Alerte infos 1ère Tahiti Polynésie

Alerte infos 1ère Tahiti Polynésie

publicité
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis