publicité

Privés d'université : le Président de l'UPF répond

Selon le syndicat étudiant "Avenir étudiant", une centaine de licences ou bacheliers ont vu leur inscription à l'université refusée. Pour le Président de l'Université, une inscription post-bac = une place à l'université.

Le président de l'UPF, Patrick Capolsini. © C. NATUA/POL1ère
© C. NATUA/POL1ère Le président de l'UPF, Patrick Capolsini.
  • I. M
  • Publié le , mis à jour le
Le syndicat "Avenir étudiant" menace de porter plainte : contrairement à la métropole, les étudiants en Polynésie n'ont pas les mêmes dispositifs pour se réorienter si leur place en Master est refusée. Selon lui, 80 étudiants ont ainsi vu leur inscription refusée, mais il estime au double, le véritable nombre d'étudiants concernés par ces refus.

Aujourd'hui, le Président de l'Université, Patrick Capolsini, répond : "D'abord, j'aurais aimé qu'ils viennent me voir, ça aurait été déjà un bon début. Ensuite, à partir du moment où on passe par Admission Post-Bac, APB, qui est une procédure connue et reconnue depuis de nombreuses années, on a sa place à l'université, c'est automatique. Passage par APB égal place à l'université, qu'on ai eu son bac cette année, l'année dernière ou il y a deux ans."
Privés d’université, le président de l’UPF répond
Privés d’université, le président de l’UPF répond


Sur le même thème

Tahiti Informations
messenger Polynesie1ereAlerte infos 1ère Tahiti Polynésie

Alerte infos 1ère Tahiti Polynésie

publicité
ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play