publicité

Législatives : les réactions à l’issue du 2nd tour

Les principaux leader politiques ont réagit au lendemain de ce second tour des législatives.

  • Samuel Irlepenne
  • Publié le , mis à jour le
Gilbert Annette (secrétaire fédéral du PS) : « Le chantier commence maintenant. Moi je savourerais ce moment un peu historique pour nous : comme vous le savez au 1er tour nous avons réalisé 32% des suffrages à La Réunion. Nous sommes effectivement non pas le premier parti, mais le parti qui a réalisé la plus grande performance électorale cette fois-çi. Et donc, beaucoup de responsabilités pèsent sur nos épaules dans ces moments difficiles. Mais je suis très heureux, heureux du renouvellement puisque nous avons 4 jeunes députés qui ont moins de 50 ans. Malgré cette victoire, il ne faut pas oublier le taux d’abstention, qui était très élevé : cela montre une situation sociale dégradée, avec une forme de désespoir qui s’installe dans une partie de la société française."

Communiqué du PCR : « Après le basculement du Sénat et l’élection du Président de la République, le PS dispose d’une majorité absolue à l’Assemblée Nationale. On n’a jamais vu en effet une situation institutionnelle d’une telle homogénéité. C’est dans ce cadre qu’il faut analyser les résultats de ce 2nd tour des élections législatives. Le PCR prend acte qu’il a aussi été victime de coalitions, de manœuvre de tel ou tel parti ou candidat contre lui […]. Il faut impérativement répondre à l’attente de tous les Réunionnais. Désormais, chaque semaine, chaque mois doit être vérifié par un acte concret du changement. Telle est la responsabilité des élus, du gouvernement et du Président de la République."

Serge Camatchy (UMP) : « Quand on est élu, on assume ses responsabilités, aussi bien dans la victoire que dans la défaite. Après le record absolu du taux d’abstention, ce 2ème tour nous montre qu’il n’y a pas eu un sursaut des électeurs qui aurait pu bénéficier à la droite. On voit bien qu’il y a eu un mouvement de balancier qui est resté à gauche, ça n’a pas bougé. Finalement, cela montre bien que les Réunionnais sont de manières générales, fatigués des élections […]. A La Réunion, la droite est en train de se reconstruire, ce n’est un secret pour personne. Nous serons dans un rôle d’opposition. Nous pouvons nous faire entendre au niveau local comme national. Même si nous ne partageons pas la même idéologie, j’espère que tous les engagements pris par François Hollande seront tenus ».

Thierry Robert (Modem) : « J’ai eu François Bayrou au téléphone qui m’a félicité de mon résultat. C’est aussi grâce à lui que je suis là aujourd’hui, alors que je n’étais strictement rien en politique. J’étais, je suis et je resterais Modem. Je garderais ma ligne de conduite au centre et je ferais tout pour contribuer à sa reconstruction […]. Je veux être ni enchaîné à droite, ni à gauche. Ils peuvent faire de bonnes et de mauvaises choses et je veux aujourd’hui que l’on reconstruise la Réunion et la France sur des idées, et non pas sur des idéologies. Depuis 2008 je mène ma vocation, respectivement avec la mairie de Saint-Leu, le Conseil Général et maintenant l’Assemblée nationale. Au final ce sont les électeurs qui auront toujours le dernier mot ».

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play