publicité

Le 3eme jour du procès de Patrice Nirlo devant les assises de Saint-Denis

La personnalité de l’accusé, pour les incendies du Maïdo de 2010 et 2011, a été décortiquée par les experts, les collègues et les proches. Il a été présenté comme un bon pompier par les uns et comme un pervers narcissique par les autres. La troisième journée est consacrée aux plaidoiries.

© Jean-Marc Collienne (Réunion1ere)
© Jean-Marc Collienne (Réunion1ere)
  • Avec Gilbert Hoair, Eric lainé et Jean-Marc Collienne
  • Publié le , mis à jour le
Le+ du 19h du 5 février en images
Le+ du 19h : verdict procès Patrice Nirlo
Réunion 1ère  -   - 

16h00
Patrice Nirlo a été condamné à 12 ans ce réclusion criminelle pour avoir mis le feu à la forêt du Maïdo en 2010 et 2011.
Ce matin dans son réquisitoire l’avocat général avait demandé aux jurés de  prononcer une peine de 12 ans.

15h00
Patrice Nirlo prend la parole après les plaidoiries de ses avocats. Il répète qu'il a détruit le coeur et l'essence même de la Réunion; "J'ai détruit ma famille, je suis me suis auto détruit.  Aidez moi à me reconstruire. J'ai besoin de quelque chose de nouveaux."

14h30
Me Jacques Hoarau souligne que Patrice Nirlo avait l’impression de mettre le métier de pompier en avant. Que tous les pompiers profitent de son action.
En s’adressant aux jurés: "vous aller le condamné en fonction des circonstances et de l'homme lui même. Il en va de l'équilibre de la justice. Il est capable de comprendre la peine  et de se réadapter."

14h00
La parole est à la défense. Me Vincent Hoarau : « ce n’est pas un procès hors norme, mais un procès unique ? Quand on touche au bien et au mal. On  ne peut pas les séparer… il faut dans ce procès apporter un minimum d’espoir »  

11h15
L'audience reprendra à 13h30 avec les plaidoiries de la défense

11h00
Ce qui fait vibrer Monsieur Nirlo c’est le feu. « Ce n’est pas un pyromane, mais il est incendiaire pour être un héros. »
S’adressant à Parice Nirlo : « vous ne nous avez pas tout dit » et se tournant ensuite vers les jurés « vous allez prononcer une peine qui ne sera pas inférieure à 10 ans. Je vous demande de prononcer 12 ans de réclusion criminelle »

10h15
Le réquisitoire de l’avocat général  débute par : «  Nous sommes devant la cour d’assises car c’est un crime contre l’environnement. C’est une blessure collective des Réunionnais. »
Il rappelle que Patrice Nirlo encourt 15 ans de réclusion criminelle.
L’avocat  général Pierre Martello cite Robert Badinter « aucun homme n’est pire que le pire des crimes qu’il a commis »

10h00
Fin des plaidoiries des parties civiles . Suspension d'audience avant le réquisitoire de l'avocat général, Pierre Martello

09h30
Me Alain Rapady pour le SDIS : « Je ne suis pas venu crier vengeance  au nom des pompiers…Je dois mettre des mots sur  des incompréhensions, des doutes, des tourments intérieurs… les pompiers ne s’en sont pas remis. La forfaiture de Patrice Nirlo est difficile à admettre pour eux. Cela fait mal car cela représente la 5eme colonne, c’est dramatique car le danger arrive par l’arrière »
L’avocat du SDIS préconise  un suivi en détention pour que Fabrice Nirlo guerisse de sa perversité narcissique décrit par les psychiatres.

09h15
Me Pierre  Cregut pour le Parc national de La Réunion : « le Maïdo est un joyaux de l’île qui attire 300 à 400 000 visiteurs. Le parc est une victime avec les incendies au volcan et au Maïdo. Les zones les plus touchées mettront 400 ans à se reconstituer »
Le Parc souhaite une peine exemplaire pour éviter la récidive et pour ne pas donner à d’autres l’envie de mettre le feu à la forêt.

09h00
Me Rémi-Pierre Drai pour ONF : « Vous allez juger un bon père de famille, un père aimant, un bon collègue, un homme qui vous ressemble… ne l’oubliez pas, Patrice Nirlo est un criminel, même s’il n’y a pas eu mort d’homme. »
Pour l’avocat de l’ONF tout a été prémédité : « Il a mis le feu là où il y a des randonneurs, des habitations, le Maïdo aurait pu devenir un immense cimetière »
Il conclut en s’adressant à la famille : « J’ai de la peine  pour Mme Nirlo, sa sœur et sa famille… ne l’oubliez pas Patrice reste un criminel. »

08 h45
Première plaidoirie de la partie civile : Me Jacques Belot pour le Conseil départemental : « Le crime de  Patrice Nirlo est une catastrophe écologique, que cela coûte 90 ou 100 millions d’euros ce n’est pas la question. Pour le Département il va falloir ajouter les frais pour les interventions, pour la restauration. Patrice Nirlo a monté une superproduction qui va coûter cher aux contribuables …  1000 ans ne  lui suffiraient pas pour rembourser. Je vous demande de vous en rappeler au moment de délibérer»

08h30
En préambule, Parice Nirlo demande  à prendre la parole. Il est en larme.  Il demande pardon à sa famille, " pour qui le procès doit être un moment difficile" . Il s’adresse ensuite à ses collègues pompiers : « cela n’a pas été facile  de témoigner en tant que pompier. Je les ai fait  souffrir. Pardon à eux aussi. »


"Le+" vous raconte aujourd'hui le dernier jour du procès du pompier Nirlo. #jtrun

Posté par Le+ du 19h sur jeudi 4 février 2016



Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play