publicité

A la cour d’appel le ministère public demande la confirmation de relaxe pour Maurice Gironcel dans l’affaire d’achat de voix

L’affaire remonte à la campagne des élections municipales de 2014. Maurice Gironcel avait été réélu mais il avait été accusé par Daniel Alamélou d’avoir fraudé pour obtenir sa réélection. La décision sera rendue le 18 mai.

© Philippe Hoareau (Réunion1ère)
© Philippe Hoareau (Réunion1ère)
  • Par Gilbert Hoair
  • Publié le , mis à jour le
Le ministère public ce  jeudi  a requis la relaxe pour le maire de Sainte-Suzanne.
La relaxe avait été prononcée en première instance par le tribunal correctionnel en aout 2016.
Le parquet de Saint-Denis avait décidé de faire appel.
L’affaire a été examinée ce jeudi  par la cour d’appel à Saint-Denis.
 
La décision est attendue pour le 18 mai.

Maurice Gironcel est soupçonné d’avoir donné de l’argent et fait des promesses à une assesseure de son opposant Daniel Alamélou, juste avant les élections municipales.
L'accusation repose sur un enregistrement entre le candidat et l'assesseure qui faisait part de ses difficultés financières.
A l’audience de ce jeudi matin  Maurice Gironcel a affirmé  être tombé dans un piège.

En images avec Nadia Tayama et Francis Bourgouin.
Le procès en appel de Maurice Gironcel


Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play