publicité

Hausse de la CSG : Ericka Bareigts dénonce les angles morts de la réforme

Ericka Bareigts, député de la nouvelle gauche, dénonce la mise en oeuvre brutale des réformes concernant la sécurité sociale. Faute de concertation, le projet de loi et l'augmentation de la CSG vont toucher le plus fragile. Retraités, handicapés, aidants familiaux, artistes...

Ericka Bareigts © France 3 Limousin
© France 3 Limousin Ericka Bareigts
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
Ericka Bareigts, députée de la 1ère circonscription membre de la Commission affaires sociales de l'Assemblée nationale, a tenu à s'élever, ce mardi 24 octobre 2017, contre les réformes contenues dans le projet de Loi de financement de la sécurité sociale. Elle dénonce la méthode et le manque de concertation qui occulte les difficultés à venir. Comme en juillet 2017 lors de la suppression des contrats aidés, la députée s'inquiète pour l'avenir : "Depuis, nous n’en finissons pas de mesurer les conséquences imprévues par le gouvernement : de l’aide alimentaire qui n’est plus assurée dans les Restos du Cœur de Grenoble à la rentrée scolaire qui doit être décalée à La Réunion en passant par l’emploi des personnes en situation de handicap qui s’annonce comme significativement impacté. Un collectif de médecins œuvrant dans les quartiers populaires rappelait ainsi dans Le Monde ce week-end que la suppression des emplois aidés allait « mettre en péril tout un travail d’innovation » dans la santé."

Pas de baisse de la taxe d'habitation en maison de retraite. Perte sèche pour les handicapés 

En s'appuyant sur l'image de l'angle mort dans les rétroviseurs lorsque l'on passe le permis de conduire. Ericka Bareigts s'inquiète pour les retraités, notant que la compensation grâce à la baisse de la taxe d'habitation sera effective uniquement en 2020 et de souligner : "600 000 personnes vivent en maison de retraite, il n’y aura pas de baisse progressive de la taxe d’habitation puisqu’ils ne la paient pas actuellement." Autre public en souffrance directement touché par cette réforme : les handicapés : "11 associations, parmi lesquelles l’Association des Paralysés de France, la FNATH, l’UNAPEI ou l’AFM-Téléthon, ont dénoncé ce « recul des droits » selon leurs mots dans une pétition ayant déjà recueilli 31 000 signatures. Est-il tolérable que le sort des pensionnés d’invalidité soit quasiment oublié dans ce PLFSS ?"

Aidant familiaux, artistes, artisans 

Les aidant familiaux sont également dans l'œil du cyclone : "La CSG acquittée par ces personnes va ainsi passer de 8,2 à 9,9%, ce qui est le taux de le plus élevé dans notre pays : rappelons que ce taux s’élève à 9,2% pour les salaires. Après application de cette hausse, le montant attribué pour une heure d’aide à un proche aidant passera de 3,42 à 3,36 euros."  Dans ce listing à la Prévert, Ericka Bareigts s'inquiète pour les auteurs et artistes dont le montant de la CSG flambe : "mais ne bénéficieront pas de la baisse des cotisations d’assurance-chômage puisqu’ils n’y sont pas assujettis." Enfin, la députée de la nouvelle gauche évoque l'impact de cette réforme pour les artisans affiliés au RSI, les familles monoparentales  entre autre...

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play