publicité

Toulouse : le beau-père condamné à 10 ans pour le viol de sa belle-fille réunionnaise

Un homme, originaire de l’Aveyron, condamné à 10 ans pour le viol de la fille de sa compagne de 1996 à 2007. La victime qui vivait sous le toit de l’accusé a eu deux enfants de cette relation incestueuse.

© D.R
© D.R
  • Par Fabrice Floch
  • Publié le
La Réunion : « une île où personne n’est choqué qu’une adolescente soit en couple à 14 ans », cet extrait de la plaidoirie de l’avocat d’un homme de 60 ans, jugé pour les viols de sa belle-fille de 1996 à 2007 résonne encore dans la salle d’audience des assises de Toulouse. Pire cet argument a été entendu par les jurés qui ont limité les poursuites de la période allant de 1996 à 2003.
Pourtant ici, comme dans un autre département de France l’histoire d’Anna, aujourd’hui âgée de 30 ans, choque, sidère et est condamnée par l’immense majorité de la population.
Pendant des années, la victime a subit les assauts de son beau-père sans comprendre la gravité des faits. Elle est âgée de 10 ans quand cet homme débarque dans sa vie. Immédiatement, elle voit en ce « ti-père », Le Père qui manque dans sa vie. Elle se confie. En retour, il a des gestes déplacés. Aux attouchements succèdent les viols.
 
Le viol ce n’est pas de l’amour
 
En 1998, soit deux ans plus tard, il fait venir sa compagne officielle et sa belle-fille dans l’Aveyron où il s’est installé. Là, l’horreur pendant 9 ans. Deux enfants naissent de ces relations incestueuses. Ce n’est qu’en 2012, à la suite d’une psychothérapie qu’Anna porte plainte au commissariat de Toulouse.
Quatre ans après l’arrestation de son beau-père, c’est lors de ce procès que la victime, devenue femme, a découvert que cette relation anormale et en aucun cas de l’amour…
En conclusion, le prévenu a été condamné, ce vendredi 10 Juin 2016, à 10 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Toulouse relate Jean Cohadon sur le site de ladepeche.fr. L’avocat général avait requis de 12 à 15 années de prison. La jeune femme, belle-fille de l’accusée, a été reconnue comme victime et a obtenu 15 000 euros de dommages et intérêts pour 20 années de vie envolées…

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play