publicité

Réunionnais de la Creuse : pour Marie-Jeanne Boyer, envoyée à 9 ans dans la Creuse, Guéret était un "tremplin pour l'enfer"

En 1966, ils étaient 215 enfants de la Réunion au foyer de l’enfance à Guéret dans la Creuse. Parmi eux, Marie-Jeanne Boyer qui a participé ce dimanche à la dernière audition organisée par la commission d’information. 

Marie-Jeanne Boyer, une enfant de la Creuse
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
C’était il y a 50 ans. En 1966, à l ‘âge de 9 ans, Marie-Jeanne Boyer et sa sœur ainée de 13 ans étaient envoyés dans la Creuse, sans l’avoir désiré. "C’est écrit dans mon dossier, souligne-t-elle. Je l’ai vu quand j’ai enfin pu me rendre à La Réunion en 2013".
 

Audition de la commission à Guéret

Ce dimanche, cette Réunionnaise de la Creuse sillonne Guéret quelques heures avant le début de l’audition de la commission mandatée par le gouvernement pour faire la lumière sur cette histoire.  Les cinq experts sont venus à Guéret pour écouter les enfants de la Creuse, connaître leurs attentes.
 
Gilles Gauvin, Philippe Vitale, Wilfried Bertile et Michel Verneray. Minute de silence en l'honneur de l'historien réunionnais Sudel Fuma à Guéret © CB
© CB Gilles Gauvin, Philippe Vitale, Wilfried Bertile et Michel Verneray. Minute de silence en l'honneur de l'historien réunionnais Sudel Fuma à Guéret

Pour Marie-Jeanne comme pour beaucoup d’autres Réunionnais de la Creuse : "la priorité, c’est d’obtenir des billets d’avion pour La Réunion et un hébergement sur place pour en savoir plus sur sa propre histoire et revoir sa famille".  
 

Des demandes concrètes

La Fédération des enfants déracinés des DROM demande aussi la mise en place de cellules psychologiques, une prise en charge du rapatriement des corps de Réunionnais de la Creuse, l’intégration de cette histoire dans les manuels scolaires et plus largement une réparation financière pour les victimes.  
 
Réunionnais de la Creuse à Guéret devant la commission d'experts © CB
© CB Réunionnais de la Creuse à Guéret devant la commission d'experts


Cilaos, Saint-Denis, Orly puis Guéret

Marie-Jeanne Boyer a perdu sa mère dans un accident alors qu’elle n’avait que 10 mois. Son père a été assassiné. Marie-Jeanne et sa sœur se sont retrouvées à l’orphelinat à Cilaos où un oncle venait régulièrement leur rendre visite. Il entretiendra par la suite une correspondance avec la fillette.
 
"Un jour, des religieuses nous ont emmené à Saint-Denis de La Réunion et c’est à partir de là que nous avons été envoyées dans l’hexagone, contre notre volonté". Marie-Jeanne n’a que très peu de souvenirs du voyage. "Je pense qu’ils avaient du nous donner un médicament pour nous endormir".
 

"Un tremplin pour l'enfer"

Soixante après, en se rendant au foyer créole où elle a vécu quatre mois, elle a bien du mal à se remémorer sa vie sur place. "C’est comme un gouffre, un vide, je ne me rappelle de rien, à part du jour où l’on m’a appelé, moi et ma sœur, pour nous présenter notre famille d’accueil, un couple très âgé, tellement âgé…"
 
L'ancien foyer de l'enfance à Guéret © CB
© CB L'ancien foyer de l'enfance à Guéret

Aujourd'hui, elle affirme "ce foyer a été un tremplin pour l'enfer" car la vie dans cette famille d’accueil vire rapidement au cauchemar. "Ma grande-sœur a été violée par cet homme de plus de 70 ans. Elle en a été traumatisée. Elle s’est donnée la mort à 48 ans".
 

Une souffrance reconnue ? 

Marie-Jeanne a décidé il y a onze mois d’adhérer à la Fédération des enfants déracinés des DROM. Elle suit désormais de près les avancées de la commission mise en place au ministère de l’Outre-mer le 14 février 2016 pour en savoir plus sur l’affaire des Réunionnais de la Creuse et faire des propositions pour venir en aide aux victimes.

Marie-Jeanne Boyer à l'audition de la commission des enfants de la Creuse © CB
© CB Marie-Jeanne Boyer à l'audition de la commission des enfants de la Creuse

Un scandale français

Les cinq experts présents ce dimanche à Guéret expliquent qu’ils ont épluché les archives. Le sociologue Philippe Vitale, président de la commission rappelle qu’il y a au total 2 150 Réunionnais de la Creuse.

Jusqu’alors on pensait qu’ils étaient environ 1 600 enfants à avoir été envoyés dans 64 départements de l’hexagone de 1963 à 1982, sous l'impulsion du député de l'île Michel Debré. La Creuse ayant accueilli le plus gros contingent a donné son nom à ce scandale français. "Ils étaient 215 en 1966 à Guéret", précise Philippe Vitale. 
 

Des mesures concrètes à venir

Toutefois sur ces 2150, "on ne connaît que 300 personnes seulement, grâce aux associations", souligne Philippe Vitale qui appelle tous les Réunionnais de la Creuse à se manifester sur l’adresse spécialement mise en place par la commission (lesenfantsdelacreuse@outre-mer.gouv.fr).
 
Les experts de la commission des enfants de la Creuse © CB
© CB Les experts de la commission des enfants de la Creuse

"Des propositions ont été faites à la ministre de l’Outre-mer, Ericka Bareigts, ajoute Gilles Gauvin, historien et expert de la commission d’information, et nous espérons des mesures concrètes pour les Réunionnais de la Creuse dans les semaines à venir", avant la remise du rapport définitif en février 2018.
 

 

Sur le même thème

  • reunionnais de la Creuse

    Réunionnais de la Creuse : une enfance brisée ? [DECRYPTAGE]

    De 1963 à 1982, 2 150 enfants réunionnais ont été envoyés dans 64 départements de l'hexagone pour repeupler les campagnes de métropole. Comment une telle politique a-t-elle pu voir le jour ? Comment ces enfants ont-ils vécu ce transfert ? Regardez le décryptage de La1ère pour FranceInfo. 

  • reunionnais de la Creuse

    Réunionnais de la Creuse: chronologie d'une page sombre de l'Histoire

    Trois ans après le vote à l'Assemblée d'une résolution reconnaissant la responsabilité morale de l'Etat dans l'affaire des Réunionnais de la Creuse, La1ère.fr vous propose un dossier sur cette page sombre de l'Histoire de France.

    De 1963 à 1982, plus de 2150 enfants réunionnais ont été déplacés pour repeupler des départements ruraux de l'Hexagone. Du BUMIDOM aux premières plaintes, des récits d'ex-pupilles à la résolution et la Commission, retour sur plus de cinquante ans d'histoire avec cette frise chronologique.

  • reunionnais de la Creuse

    Réunionnais de la Creuse: Quel contexte dans les années 60 ?

    La1ère.fr vous propose un dossier sur cette partie sombre de l'histoire de la France. Comment la République a-t-elle pu autoriser, de 1963 à 1982, le déplacement de près de 2150 enfants réunionnais pour repeupler les campagnes de métropole ? Dans volet sur l'histoire dite des "Réunionnais de la Creuse", revenons sur le contexte de l'époque.

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play