publicité

A Saint-Pierre et Miquelon, les pilotes volent "dans des conditions extrêmes"

La vidéo fait beaucoup réagir sur internet. Le 30 décembre, un appareil d’Air Saint-Pierre effectue un aller-retour à Halifax au Canada par une météo capricieuse. Les images du décollage et de l’atterrissage sont impressionnantes. Pour les pilotes de la compagnie, "c'est la routine".

L'ATR 42-500 de la flotte d'Air Saint-Pierre © Patrick Boez SPM 1ère
© Patrick Boez SPM 1ère L'ATR 42-500 de la flotte d'Air Saint-Pierre
  • Par Angélique Le Bouter
  • Publié le , mis à jour le
Dans la matinée du vendredi 30 décembre, l’ATR 42-500 d’Air Saint-Pierre décolle pour Halifax, en Nouvelle-Écosse. Un vent de travers de 80 km/h, avec des rafales à près de 100 km/h souffle sur la piste de l’aéroport Pointe-Blanche.

Au moment du décollage, l'avion semble avancer de travers : son nez pointe dans une direction différente de celle empruntée par l’appareil. C’est un vol "en crabe" qui permet de compenser un vent qui vient de côté. Les images de l’atterrissage, au retour de l’appareil à 16h30, sont tout aussi saisissantes. 

Regardez la vidéo réalisée par Claude Daguerre à l'aéroport Pointe-Blanche : 

Ce 30 décembre, une dépression touche Saint-Pierre et Miquelon. Une vigilance jaune pour vents violents avec des rafales jusqu’à 110 km/h a même été établie la veille par Météo France. Ces conditions difficiles, les pilotes d’Air Saint-Pierre y sont habitués. "Ce ne sont pas des conditions extrêmes, confie Benoît Olano, pilote et président d’Air Saint-Pierre. Nous sommes habitués à pire." Malgré la météo, l’appareil d’Air Saint-Pierre décolle sans encombre.

Des pilotes chevronnés

© Claude Daguerre
"Ce qui fait la différence, c’est la dextérité de nos pilotes, je ne peux que vanter leurs qualités !" poursuit Benoît Olano. "C’est l’habitude, l’entrainement aussi. Et au fur et à mesure, l’expérience grandit." Car par forts vents traversiers, le pilote risque de perdre le contrôle de l’appareil.

Mais la compagnie saint-pierraise est habituée à des conditions extrêmes : vents forts, tempêtes de neige, brouillard épais. Et la loi oblige les pilotes à maintenir leurs compétences. Chaque année, ils suivent donc une formation sur l’appareil à Saint-Pierre et une autre sur simulateur de vol en métropole.

En 2013, Martin Baumer avait rencontré l’équipe de pilotes de l’ATR 42 d’Air Saint-Pierre au centre de formation aéronautique à Morlaix, ICARE, où ils avaient bénéficié d’un simulateur qui reproduit avec précisions les conditions de l’archipel et notamment les aléas d’une météo capricieuse : vent, brume, pluie, neige. Cliquez ici pour réécouter le reportage.

L'ATR d'Air Saint-Pierre peut attérrir à Pointe-Blanche avec une visibilité de seulement 300 m. © Claude Daguerre

Un aéroport bien équipé

Autre difficulté fréquente à Saint-Pierre et Miquelon : une mauvaise visibilité. La brume et le brouillard imposent parfois un atterrissage aux instruments. L’ATR 42 d’Air Saint-Pierre est classé en catégorie II : il permet un atterrissage avec une visibilité de seulement 300 m, indispensable dans la région.

Le vent, le brouillard... mais il faut aussi compter avec la neige qui recouvre l’archipel d’un manteau blanc plusieurs mois par an. Pour assurer les opérations l’hiver, l’aéroport Pointe-Blanche est doté d’engins de déneigement très performants. "Les opérations de déneigement peuvent être assurées dans un délai maximal de 2 heures afin de respecter les contraintes des vols d'évacuation sanitaire", expliquent les services de l’Aviation Civile de Saint-Pierre et Miquelon. Un équipement, un savoir-faire et une organisation qui "permettent "de maintenir en période hivernale la très bonne régularité de la desserte aérienne", malgré plusieurs centimètres de neige. 
Opération de dégivrage : pas question de décoller avec même la plus fine couche de neige sur l'appareil. © Claude Daguerre
© Claude Daguerre Opération de dégivrage : pas question de décoller avec même la plus fine couche de neige sur l'appareil.


"Un bond technologique" pour les aiguilleurs

Depuis 2015, les contrôleurs aériens supervisent le trafic sur un écran tactile et non plus sur papier. La tour de contrôle de l’aéroport a été raccordée au système canadien qui utilise la technologie des "strips électroniques", afin de rendre la gestion du trafic aérien dans la zone plus facile et plus rapide. 
Aéroport de Saint-Pierre Pointe-Blanche

L’aéroport Pointe-Blanche a été mis en service en septembre 1999. Il comporte une piste de 1 800 mètres qui peut accueillir des Airbus A320 et des Boeing 737. Seule compagnie de l’archipel, Air Saint-Pierre a dans sa flotte un ATR 42-500 et un Cessna F406.

Chaque année, l'aéroport accueille environ 26 000 passagers pour des vols depuis et vers Miquelon, Halifax, Saint-Jean et Montréal. La seule destination de Saint-Jean rassemble 10 000 passagers par an.

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play