publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

Mouvement de grève à la banque CEPAC de Saint-Pierre et Miquelon

  • Par Delphine Jeanneau
  • Publié le , mis à jour le

Une vingtaine de salariés de la banque CEPAC, l'ex-BDSPM, a installé un piquet de grève ce mardi matin devant l'établissement de Saint-Pierre. Des agents de Miquelon sont aussi mobilisés. Ils dénoncent leurs conditions de travail depuis l'absorption par le groupe.

A Saint-Pierre, les salariés en grève sont devant l'établissement depuis 8h30 ce matin © SPM1ère
© SPM1ère A Saint-Pierre, les salariés en grève sont devant l'établissement depuis 8h30 ce matin
Ils sont là depuis 8h30 ce matin. Une vingtaine de salariés de la banque CEPAC locale, ancienne BDSPM, est devant l'établissement bancaire de Saint-Pierre. Sirènes, banderoles et drapeaux des organisations syndicales FO et CFDT ont été installés. Des salariés de Miquelon étaient aussi mobilisés ce mardi matin.

Mouvement

Une très large majorité des employés est en grève. Selon le siège à Marseille, sur les "quarante-quatre" salariés, "quarante et un" suivraient le mouvement. "Les salariés sont en souffrance depuis le rachat de la banque de Saint-Pierre", précise Véronique Perrin, secrétaire générale de l'Union Interprofessionnelle CFDTde Saint-Pierre et Miquelon. "Il y a un eu gros manque d'information au départ, un manque de formation pour les nouveaux outils ce qui a des conséquences en terme de mal-être au travail, de stress, de prise de retard et donc des conséquences aussi pour la clientèle", ajoute Véronique Perrin. "Ce n'est plus la banque de proximité qui existait avant". Pour Sophie Briand, secrétaire générale de l'Union départementale Force Ouvrière de Saint-Pierre et Miquelon : "Les revendications portent sur la situation managériale interne, surtout depuis le basculement du système informatique en novembre dernier. Le mode managérial en interne s'apparente à du néo-colonialisme (...), le volet humain a totalement été occulté". Parmi les salariés présents devant l'établissement ce matin on parle notamment de "pressions au travail". "Si l'on fait cela aujourd'hui, c'est pour nous, pour améliorer nos conditions de travail mais aussi pour les clients "', ajoute une employée grèviste. 

Revendications

"Nous demandons une réunion avec la direction pour discuter des revendications", explique Sophie Briand, secrétaire générale UD FO de Saint-Pierre et Miquelon. Dans un courrier adressé au président du directoire de la CEPAC, qui est actuellement sur l'archipel, et dont nous avons eu copie, les sections locales FO et CFDT indiquent les révendications des agents grévistes. Des revendications qui portent sur "l'arrêt du management mis en place (...) ", une "autonomie et des moyens supplémentaires pour maintenir une activité commerciale de qualité (...), "un référent ressources humaines et un service formation local", "le maintien de l'effectif actuel et une priorité à l'emploi local (...)" et "la mise en place d'un accord social local pour le maintien du pouvoir d'achat".

Etablissements fermés

L'établissement de Saint-Pierre est fermé depuis ce matin. Même chose pour l'agence de Miquelon. Contactée en fin de matinée, la direction locale ne s'est toujours pas exprimée sur ce mouvement. Nous avons sollicité le service communication au siège à Marseille.

Partagez :

  • Rencontres entre les entrepreneurs et l'IEDOM

    économie

    La Cacima avait invité ce mercredi 22 mars les entrepreneurs de Saint-Pierre et Miquelon à rencontrer le responsable de l'IEDOM. Objectif : leur présenter ce que l'institut peut leur apporter.  

    Mis à jour le vendredi 24 Mars 2017 à 11:12
  • La grève à la CEPAC de Saint-Pierre et Miquelon reconduite

    économie

    La plupart des salariés de la CEPAC de l'archipel est en grève depuis ce matin 8h30. Ils dénoncent une dégradation de leurs conditions de travail depuis l'absorption par le groupe. Retour sur cette journée.

    Mis à jour le mercredi 08 Mars 2017 à 11:22
  • Que représentent les soldes sur l'archipel aujourd'hui ?

    économie

    Moins 30%, moins 50%... Jusqu'au 28 février, c'est la traditionnelle valse des étiquettes d'hiver sur l'archipel. "Trop longs", "compliqués à mettre en œuvre", les soldes ne font pas l’unanimité parmi les commerçants. Et de nombreuses autres opérations ont lieu tout au long de l'année. 

    Mis à jour le jeudi 02 Février 2017 à 11:56

les + lus

les + partagés

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez la nouvelle appli La 1ère
  • AppStore
  • Google Play