publicité

[SERIE 4/5] Venir étudier dans l'Hexagone : Rachel Castin, des quartiers difficiles de Cayenne à Sciences Po Paris

Chaque année, 25 000 jeunes des Outre-mer viennent étudier dans l'Hexagone. Après un parcours scolaire exemplaire, la Guyanaise a été sélectionnée par la prestigieuse école pour intégrer le campus euroaméricain de Reims. Un changement radical que l'étudiante de 19 ans attendait avec impatience.

Portrait étudiante guyanaise à Reims
  • Par Thomas-Diego Badia
  • Publié le , mis à jour le
Rachel Castin n'en finit plus de s'étonner. Arrivée depuis une dizaine de jours à Reims, la Guyanaise s'émerveille de ce "nouveau monde" qui l'accueille à bras ouverts.  Pas à pas, elle se fraie un chemin dans les rues qu'elle apprivoise. "Au début, j'étais perdue, je pensais que je n'arriverais jamais à me retrouver. Maintenant, je me sens déjà chez moi. C'est une ville à taille humaine, avec de très beaux monuments", raconte-t-elle, quelques cartes postales à la main, prêtes à envoyer de l'autre côté de l'Atlantique.

Parcours scolaire exemplaire

Rachel Castin devant Sciences Po © TDB
Cela fait une semaine que la jeune femme de 18 ans a intégré le campus euroaméricain rémois, antenne de la prestigieuse Sciences Po Paris, et elle ne réalise toujours pas, "c'était un rêve que de pousser les portes de cette école". Cinquième d'une fratrie de six enfants, Rachel a grandi dans le quartier Balata de Matoury, banlieue difficile de Cayenne.  Ses parents, immigrés haïtiens arrivés il y a 30 ans en Guyane, l'ont toujours poussé à faire des études. 

Elle est reçue avec la mention bien au baccalauréat et est sélectionnée par l'institut par son programme "diversité des chances" pour passer les oraux d'admissions sans passer par les épreuves écrites, comme 19 autres Guyanais. Elle sera la seule à réussir, faisant la fierté de ses proches et de son lycée Melkior et Garré.

"Un grand défi"

Après ses premiers cours, Rachel ressent déjà la différence de niveau. "Ça nécessite beaucoup d'investissement. Je vais devoir beaucoup travailler pour m'adapter. Sciences Po demande de nombreuses lectures, micro-économie, droit, sociologie", énonce-t-elle, assise à côté d'une pile de livres anciens dans la magnifique bibliothèque des Jésuites de l'établissement, "un lieu propice aux révisions, ça me fait penser à Poudlard dans Harry Potter". 

Rachel dans la bibliothèque de Sciences Po à Reims. © TDB
© TDB Rachel dans la bibliothèque de Sciences Po à Reims.

Parmi les changements notables, le campus dernier cri dans des bâtiments en brique rouge du XVIIe siècle. "Ça me donne encore des frissons quand je viens ici", confie-t-elle à la1ere.fr, "et avoir cours dans des amphithéâtres, avec le professeur qui n'écrit plus au tableau… c'est très différent du lycée". La Guyanaise passera ses deux premières années à Reims, avant de partir à l'étranger pour une année d'échange universitaire.

Le début d'une nouvelle vie

Depuis le 13 août et son atterrissage à Paris, Rachel menait une existence nomade, d'abord chez des amis de la famille dans la capitale, puis dans l'appartement de camarades de Sciences Po à Reims. Le 1er septembre, elle a enfin reçu les clefs de son logement, le début d'une "nouvelle vie". Une première pour celle qui a toujours partagé une petite chambre avec sa sœur. Un 18m2 dans une résidence étudiante pour 420 euros par mois qui sera son nouveau foyer. "Je m'habituerais à vivre seule", sourit-elle. Et de conclure : "tout ce qui m'arrive est une chance et c'est un défi que j'avais hâte de relever". 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play