publicité

Après le passage de l'ouragan Irma il y a tout juste un mois, les deux îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy poursuivent leur lente reconstruction. "La reconquête de la vie normale est en cours mais le chemin sera long", a indiqué le Premier ministre Edouard Philippe. Le point sur la situation. 

Une lente reconstruction

Un mois après le passage dévastateur de l'ouragan Irma sur les deux îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy, "la lente reconstruction a commencé" a indiqué Edouard Philippe davant les députés à l'Assemblée nationale.

Plusieurs milliers de sapeurs pompiers, de militaires, de gendarmes et de personnel de la sécurité civile sont mobilisés pour porter assistance à la population et entamer la reconstruction.

Entreprises, écoles, commerces, eau, électricité, tourisme,... Le chantier est gigantesque avec cependant de quelques bonnes nouvelles. Désormais l'eau coule dans la quasi totalité des robinets, plus de 60% des foyers sont à nouveau reliés à l'électricité, la couverture du réseau mobile est assurée à 100% à Saint-Martin et 75% à Saint-Barthélémy et les vols commerciaux ont repris.

Désormais, la priorité c'est le redémarrage de l'économie et plus particulièrement de l'activité du tourisme dont dépendent essentiellement Saint-Barthélémy et Saint-Martin.

Le point avec Jérome Boecasse, l'envoyé spécial de Guadeloupe 1ère à Saint-Martin. Regardez:
Jérôme Boecasse, envoyé spécial

 

Nettoyage et déblayage

Les militaires du RSMA sont mobilisés depuis maintenant plusieurs semaines pour des opérations de nettoyage et de déblayage. Regardez le reportage d'Eddy Golabkan et Rohny Malety:  
Le RSMA à la manoeuvre à Saint-Martin

 

Economie

80% des entreprises sont sinistrées à Saint-Martin et à Saint-Barthélémy et les professionnels craignent de devoir licencier une grande partie de leurs salariés. "Nous allégeons au maximum les procédures, nous travaillons avec les banques, les assureurs pour essayer d'apporter des réponses rapides", affirme Eric Maire, le Préfet de Guadeloupe.

© AFP


Les entrepreneurs demandent notamment un gel total des salaires sur une durée minimum de trois à six mois pour éviter de recourir à un plan de licenciement. "Il faut permettre à nos employés de toucher les allocations du chômage sans rupture du contrat", estime Jean-François Billot, gérant d'un complexe hôtelier. 

A Saint-Martin le taux de chômage qui atteint déjà 30% de la population pourrait subir une hausse spectaculaire avec 7 à 8.000 personnes supplémentaires. C'est toute l'économie Saint-Martinoise qui est aujourd'hui menacée. 

Tourisme

© Helene Valenzuela / AFP


Le tourisme est le pilier de l'économie de Saint-Martin, il représente 15% des emplois, contre 4% en Guadeloupe, par exemple. D'ici le début de la saison qui commence fin novembre, il sera impossible de réparer l'ensemble des dégâts. Tous les hôtels, tous les restaurants ont été détruits. Sur le plan nautique, Jacques-Henri Guillet, gérant de Transmer assurances, redoute que "90% des bateaux soient bons pour la casse". Des professionnels du nautisme sont actuellement sur place afin de mesurer l'ampleur des dégâts sur les bateaux.

Ne soyons pas pessimistes au point de croire que tout est foutu. Pour ma part je compte beaucoup sur une reprise. Je reste persuadé que les amoureux de notre île reviendront à l'occasion des fêtes de fin d'année, ne serait-ce que par solidarité

Bruno Magras, président de la Collectivité, dans le Journal de Saint-Barth.

 


Ecole

Un quart des élèves de Saint-Martin ont retrouvé l'école depuis lundi, tandis qu'à Saint-Barthélemy, "tous les élèves vont à l'école", a répondu le ministre, interrogé lors des questions au gouvernement mardi 3 octobre à l'Assemblée nationale. Jean-Michel Blanquer sera rendra avec le Premier ministre au retour des vacances de la Toussaint "pour nous assurer de l'accomplissement de la promesse qui a été faite", à savoir, "le retour de tous les élèves de Saint-Martin à l'école à ce moment-là", a-t-il indiqué.
Retour à l'école pour les élèves de Saint-Martin

 

Dons

Dix millions d'euros de dons ont été récoltés par la Fondation de France pour aider les habitants des deux îles de Saint-Martin et Saint-Barthélémy.

De nombreux Français ont répondu à l'appel à la solidarité nationale de la Fondation de France: 10 millions d'euros ont été collectés. Que ce soit les particuliers, les entreprises ou les collectivités territoriales, la chaîne de solidarité se mobilise.

Fondation de France

 


Présente sur place, notamment avec des équipes mobiles chargées d'aller à la rencontre des sinistrés, la Fondation de France enverra ce vendredi un chargé de mission pour une durée de trois mois, "afin de co-construire avec les acteurs locaux des projets concrets pour répondre aux besoins des habitants".

Le 19 septembre, le concert "Ensemble pour les Antilles" au Casino de Paris, retransmis à la télévision, avait permis à la fondation de récolter plus de deux millions d'euros.

Justice

La justice reprend son cours avec une audience pénale ce jeudi, à Saint-Barthélemy et une "première comparution immédiate" vendredi à Saint-Martin. "C'était important que l'action de la justice soit lisible et visible à Saint-Martin, pour que les victimes puissent se constituer partie civile directement devant cette juridiction et assister au procès" a indiqué le procureur de la République de Basse-Terre, Samuel Finielz. Et "c'était important pour les prévenus, afin de pouvoir préparer leur défense pénale au plus près de leur environnement familial et social", a-t-il ajouté.

Mise en place par le parquet de Basse-Terre, avec le groupement de gendarmerie de Guadeloupe, la nouvelle chaîne pénale à Saint-Martin, basée dans les locaux de la caserne de gendarmerie de Concordia, comprend "douze officiers de police judiciaire de la Section des recherches de Pointe à-Pitre, du détachement de Saint-Martin et de la brigade de Marigot" et est "dirigée par deux vice-procureurs du parquet de Basse-Terre affectés à Saint-Martin".

Pillages

Cent-cinq personnes ont été interpellées et onze placées en détention à la suite des pillages commis à Saint-Martin, après le passage dévastateur de l'ouragan Irma.

Sur "onze personnes" écrouées suite aux pillages, sept ont été jugées et condamnées en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Basse-Terre. Toutes ont été interpellées "en possession d'armes à feu" ou "alors qu'elles commettaient des vols dans des locaux commerciaux ou en possession de marchandises volées". Les condamnés ont écopé de peines allant de trois mois avec sursis à un an d'emprisonnement ferme. Quatre ont été maintenus en détention, portant à huit le nombre d'individus encore incarcérés pour des pillages.

Départs

elon le ministère des Outre-mer, entre 7.000 et 8.000 personnes ont quitté Saint-martin et saint-Barthélémy après l'ouragan. Et sur ce total, 1.700 ont rejoint l'hexagone. Certains dans des conditions encore difficiles. Près d'un mois après l'ouragan Irma à Saint-Martin, une quarantaine de rescapés sont toujours hébergés de manière provisoire dans un hôtel de l'aéroport d'Orly. Des enfants sans école, des personnes malades sans soin, ils n'ont plus rien et se sentent abandonnés par les autorités.

© LP