publicité
Élections 2017
avec

M'alerter dès que les résultats seront publiés

The Ocean Cleanup : un Martiniquais prêt pour le nettoyage du Pacifique nord

A Utrecht, aux Pays-Bas, Boyan Slat et son équipe dont l’ingénieur martiniquais Bruno Sainte-Rose ont présenté la dernière maquette de leur projet. The Ocean Cleanup entend placer son système de nettoyage des déchets plastiques dans le Pacifique dans les 12 mois à venir. 

Boyan Slat, fondateur de The Ocean Cleanup, présente son projet avec Bruno Sainte-Rose © DR
© DR Boyan Slat, fondateur de The Ocean Cleanup, présente son projet avec Bruno Sainte-Rose
  • Par Cécile Baquey
  • Publié le , mis à jour le
Quatre ans après la création de sa fondation, The Ocean Cleanup, Boyan Slat a présenté devant des centaines de personnes à Utrecht aux Pays-Bas le système qu’il compte mettre en place dans les 12 mois à venir dans le Pacifique nord. Parmi les scientifiques très impliqués dans ce projet se trouve l'ingénieur martiniquais Bruno Sainte-Rose. Regardez ci-dessous cette vidéo, l'ingénieur prépare (en Anglais) la présentation de ce 11 mai 2017 : 


Coup d'accélérateur

L’objectif du jeune hollandais reste le même : nettoyer le vortex de déchets plastiques situé entre la Californie et les îles Hawaï. Le fondateur de The Ocean Cleanup a décidé de donner un coup d’accélérateur à son projet qui devrait être déployé en mer dans les 12 mois à venir alors qu’il avait prévu de le faire en 2020.
 

"L'un des meilleurs scientifiques de notre équipe"

Lors de sa présentation devant un vaste auditoire, Boyan Slat a salué le travail de Bruno Sainte-Rose, "l’un des meilleurs scientifiques de notre équipe". Regardez ci-dessous la présentation du projet en Anglais. (Bruno Sainte-Rose, l’ingénieur martiniquais est présent dans la vidéo à 29mn50)


Bruno Sainte-Rose

Bruno Sainte-Rose travaille depuis 2015 pour ce projet. Bachelier à 16 ans au lycée Schoelcher en Martinique, diplômé de l’Ecole Centrale et docteur en mécanique des fluides, il avait tout à fait le profil et la motivation pour ce job hors du commun. La1ère.fr l’avait rencontré à Delft aux Pays-Bas, le siège de The Ocean Cleanup qui emploie aujourd’hui 65 ingénieurs et chercheurs. Regardez le reportage ci-dessous :

Bruno Sainte-Rose et Boyan Slat


Se servir des courants

Pour son show à l’américaine, Boyan Slat a expliqué de manière très pédagogique le système de collecte des déchets plastiques en mer qu’il souhaite mettre en œuvre. L’idée principale consiste à "laisser venir les déchets plastiques grâce aux courants marins", plutôt que d'aller les collecter. 

Présentation de Boyan Slat à Utrecht le 11 mai 2017 © AFP
© AFP Présentation de Boyan Slat à Utrecht le 11 mai 2017


Un système dérivant

A l'origine, Boyan Slat comptait déployer une barrière de 100 km en forme de "V", l'arrimer aux fonds marins et l'équiper d'un filet s'enfonçant dans l'eau pour collecter les déchets. Mais les ingénieurs avec lesquels il travaille, dont Bruno Sainte-Rose, l’ont convaincu de mettre en place un système dérivant, présentant de mailleures performances.  


Des ancres flottantes de 12 mètres

Le système composé d’une trentaine de barrières flottantes indépendantes mesurant chacune de un à deux kilomètres sera accompagné sous l’eau d’ancres flottantes de 12 mètres de long qui se déplacent plus lentement que le plastique. Regardez ci-dessous une vidéo expliquant le projet :
 


Nettoyage de la moitié des déchets en cinq ans

Boyan Slat a annoncé que son système de nettoyage est déjà en phase de production en Californie. Il sera déployé dans les 12 mois à venir et devrait permettre selon le jeune néerlandais de nettoyer en cinq ans la moitié du vortex d’ordures plastiques du Pacifique nord ! Boyan Slat s’est montré très optimiste à Utrecht ce 11 mai. Jusqu’à présent, il affirmait que son système serait capable de récolter 42% des déchets plastiques du vortex en 10 ans.

Vaste expédition dans le Pacifique nord

En quatre ans, ce projet qui paraissait complétement utopique est passé par plusieurs phases. The Ocean Cleanup a organisé une vaste expédition dans le Pacifique Nord qui lui a permis de comprendre plus précisément la nature des déchets plastiques.

Essai en mer du Nord

Le système de collectage des déchets a ensuite fait l’objet de nombreux essais à l’Institut maritime néerlandais. Un prototype de 100 mètres de long a été placé en mer de Nord au mois de juin dernier. En revanche, le projet de nettoyage envisagé au large du Japon semble bel et bien abandonné.


Accumulation de déchets plastiques en mer

Boyan Slat et son équipe avancent. D’après The Ocean Cleanup, 8 millions de tonnes de plastiques viennent polluer l’Océan chaque année. Ces déchets s’accumulent dans des 5 vortex, immenses réservoirs de déchets plastiques.

Image du site de l'Institut des 5 gyres, basé en californie © DR
© DR Image du site de l'Institut des 5 gyres, basé en californie


Impact sur la faune marine

Ces déchets plastiques touchent déjà de nombreuses espèces qui les ingurgitent : les tortues marines, les oiseaux marins, les dauphins ou les phoques qui s’y empêtrent. Décomposés en petites particules, ces déchets risquent d’avoir de graves conséquences sur la santé humaine.
 
Déchets plastiques © CB
© CB Déchets plastiques


La Silicon Valley très motivée

La fondation The Ocean Cleanup est parvenue à collecter 21,7 millions de dollars depuis le mois de novembre. Les plus gros donateurs se trouvent dans la Silicon Valley. Il s’agit de Marc et Line Benioff ainsi que Peter Thiel. Marc Benioff est le fondateur de Salesforce, un éditeur de logiciels, basé à San Francisco. Peter Thiel est un entrepreneur américain d’origine allemande, Il est l’un des co-fondateurs de Paypal avec Elon Musk. 

Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play

Votre avis nous intéresse !

Votre site 1ère se modernise, nous aimerions savoir ce que vous en pensez.
Cela ne prendra pas plus de deux minutes.

Donnez votre avis