publicité

Legislatives 2017: match à trois ou quatre?

A Wallis et Futuna, le scrutin présidentiel a servi de test pour les élections législatives de juin prochain. Le premier tour a fait émerger trois blocs de force électorale à peu près équivalente. Trois candidats au moins pourraient se présenter au suffrage des électeurs.

© DR
© DR
  • Par Patrick Ferrante
  • Publié le
Les élections présidentielles ont clarifié le paysage politique à Wallis et Futuna en vue des prochaines échéances législatives.
Lors du premier tour le 23 avril, trois blocs électoraux ont émergé, chacun autour de 30% des voix environ.

Emmanuel Macron a obtenu le vote le plus équilibré entre les deux îles. François Fillon s'est surtout imposé à Wallis tandis que le bloc de gauche autour de Benoit Hamon est arrivé largement en tête à Futuna.

Projetés sur les legislatives, ces résultats rendent possible au moins trois candidatures.

Pour le mouvement d'Emmanuel Macron, le député sortant Napole Polutele est en pôle position. Elu au second tour d'une triangulaire lors d'une élection partielle en 2013, ce non-inscrit a un profil centriste ayant été soutenu par la droite puis le PS.

ntérrogé sur son éventuelle candidature aux prochaines législatives, Napole Polutele a répondu que ce serait à la nouvelle majorité (divers droite et sans étiquette) de l'Assemblée territoriale d'en décider.
Napole Polutele © DR
© DR Napole Polutele

Les législatives pourraient donc s'apparenter au troisième tour des élections territoriales avec un nouvel affrontement entre la majorité et ses opposants avec une ou deux candidatures dans chaque camp.

L'opposition vient ainsi de se réorganiser avec l'annonce, au lendemain du second tour de la présidentielle, de la constitution d'un groupe de neuf élus de gauche face à l'équipe majoritaire à onze.  Le conseiller de Futuna, Sylvain Brial, a précisé que les cinq élus futuniens, déjà unis dans un groupe, allaient être rejoints par leurs quatre collègues d'opposition wallisiens. La plupart des 9 avaient appelé à voter pour le socialiste Benoit Hamon.


Score serré


Sylvain Brial pourrait être le candidat de la gauche aux législatives. Futunien il pourrait rallier les nombreux électeurs de Benoit Hamon à Futuna tout en n'étant pas impliqué dans le conflit coutumier d'Uvea.
© Sylvain Brial
© Sylvain Brial

Sylvain Brial vient d'une famille qui a déjà compté deux députés de Wallis et Futuna, mais tous deux de droite, Benjamin (pendant 22 ans de 1967 à 1989) et Victor (pendant 10 ans de 1997 à 2007).

Autre prétendant pour représenter la gauche, le président sortant de l'Assemblée territoriale Mikaele Kulimoetoke. Candidat en 2012,  cet élu du district central de Wallis, Hahake, avait été battu d'un cheveu par David Vergé dont l'élection avait ensuite été annulée.
A nouveau candidat à l'élection partielle de 2013, il s'était incliné de peu devant Napole Polutele. 
Mikaele Kulimoetoke
Mikaele Kulimoetoke

Mikaele Kulimoetoke est souvent vu comme le phoenix de la politique locale, étant souvent élu ou réélu contre toute attente comme ce fut encore le cas aux élections territoriales du mois de mars.

Les comités de soutien des 9 doivent se réunir pour decider de la meilleure option pour la gauche, un ou deux candidats?

La majorité territoriale pourrait également présenter deux candidats puisque  la droite devrait également défendre ses couleurs en juin, fort des 28,5% des voix obtenues par François Fillon sur le territoire. Hervé Delord, le président du parti Les Républicains à Wallis et Futuna, est dans les startings blocks mais la circonscription a été réservée lors de la convention du parti sur les législatives et aucun candidat n'a été désigné pour l'instant.
Des rumeurs font état de plusieurs personnalités candidates...
Hervé Delord © DR
© DR Hervé Delord

A signaler que le Front National a compté un seul candidat à Wallis et Futuna. Aux élections législatives de 2002, Gaston Lutui avait obtenu 4,71% des voix. Depuis le parti n'a plus de représentant sur le territoire

L'extrème-droite étant hors jeu et centre, gauche et droite étant arrivés dans un mouchoir de poche à la présidentielle, les législatives pourraient être serrées sur les deux îles.



Sur le même thème

ECOUTER    VOIR    S'INFORMER   Partout et à tout moment
Mobile devices
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play