publicité

Dinart et Paris sur le pied de guerre

Didier Dinart et le PSG handball s’apprêtent à se lancer à la conquête du championnat de France ce vendredi. La version qatarienne du PSG handball, avec toutes ses stars, fait peur à tout le monde.

  • Benoît JOURDAIN
  • Publié le , mis à jour le
C’est la rentrée pour Didier Dinart. Un livre dans lequel il se raconte qui est sorti ce jeudi "Secrets d’un champion : défendre son rêve" et la reprise du championnat de France de handball ce vendredi contre Cesson avec son nouveau club du PSG. Débarqué avec 9 nouveaux joueurs, neuf internationaux, dans le club de la capitale passé cet été sous la bannière qatarienne, le double champion olympique a déjà été désigné capitaine par l’entraîneur et ancien membre des Barjots des JO de Barcelone, Philippe Gardent. Avec son palmarès long comme le bras, il sera l’homme de base de la défense parisienne et aussi un des relais de l’entraîneur. Le Guadeloupéen, à 34 ans, a voulu relever un dernier défi. "J’ai l’impression de me retrouver en 2003 quand on a monté une Dream Team à Ciudad Real", a expliqué l’ancien joueur de l’Atletico Madrid. Cette entreprise menée par QSI et Jean-Claude Blanc, le Directeur général délégué du PSG, a été montée durant l’été, en un temps record. Lors de la dernière journée de championnat, les Parisiens évitaient la relégation d’un rien et trois mois après les voilà désignés comme non pas "l’équipe à battre mais à abattre", selon Philippe Gardent.

Cet ultime défi faisait rentrer Didier Dinart en France, lui qui était parti en Espagne depuis 2003. "Je ne sais pas si j’ai eu de la chance ou si c’est ma qualité qui a fait que j’ai été dans les bons coups, mais à un moment donné ce n’est pas un hasard", explique-t-il sur 20minutes.fr. Ce projet, ambitieux sur le papier, est aussi source de jalousies en France. Comme en football, le PSG attire la lumière et empile les stars quand les autres équipes peinent à monter des effectifs compétitifs. "On est sur un budget supérieur à sept millions", a précisé Jean-Claude Blanc. Certaines sources parlent d’un budget de 9,2 millions d’euros, soit trois fois plus que Montpellier, la référence en France jusqu’ici. Si en termes de budget, le club francilien est nettement devant, il va falloir prouver sur le terrain, là où Montpellier reste sur cinq titres consécutifs et dix titres en 11 ans. "Notre passif en termes de préparation nous incite à beaucoup d’humilité. On a trois semaines de vécu collectif. Dix nouveaux joueurs, c’est énorme au regard d’un effectif de handball. Laissez nous construire tout ça", a expliqué Bruno Martini, le manager général. Le temps, les Parisiens n’en auront pas trop puisque le choc contre les Héraultais est prévu pour la 3e journée, le 30/09.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play