outre-mer
territoire

Femmes battues: il est plus difficile d'en parler dans une micro-société insulaire

société
Femmes battues
©FRANCK PERRY / AFP ARCHIVES / AFP
Il est souvent très difficile pour les femmes victimes de violences conjugales de sortir de cette spirale infernale. C'est encore plus vrai dans des petites sociétés ou tout le monde se connait. Illustration à Saint Pierre et Miquelon.
Les violences conjugales sont un véritable fléau qui n'épargne aucun territoire. 
En Outre-mer, plusieurs femmes meurent chaque année sous les coups de conjoints ou compagnons violents. 
Le phénomène est-il plus important dans les sociétés ultramarines que dans l'hexagone? Impossible à dire car aucune statistique fiable n'existe.


Trois dossiers seulement en 2012

D'après certaines associations d'aide aux victimes, il est plus difficile de dénoncer ces violences dans un milieu isolé, comme une micro-société insulaire. C'est les cas par exemple de Saint-Pierre et Miquelon, archipel de 6.500 habitants. En 2012, trois dossiers seulement ont été jugé et ont abouti à des condamnations.

Une société ou tout le monde se connait

Gilbert Lafaye, le procureur de la République en poste à Saint-Pierre et Miquelon, estime pourtant que ces violences sont encore plus scandaleuses parce qu'elles se déroulent au sein d'un petit territoire ou tout le monde se connait.
Il était interrogé jeudi en marge de la Saint-Valentin par nos confrères de Saint-Pierre et Miquelon 1ère.  

Procureur SPM




Publicité