Mis en examen pour détournement de fonds, Edouard Fritch se dit "étonné"

politique
Edouard Fritch
Edouard Fritch ©GREGORY BOISSY / AFP
Le député (UDI) de la Polynésie française Edouard Fritch a été mis en examen mercredi pour détournement de fonds publics par un juge d'instruction à Tahiti. il se défend dans un communiqué d'avoir manqué de transparence.
L'ancien maire de Pirae et député UDI de Polyénsie se retrouve dans une situation délicate. Des subventions attribuées alors qu'il était  maire de Pirae sont dans le collimateur de la Justice. En 2007, Edouard Fitch accordait à une radio locale, Radio Maohi une aide municipale de 15 millions de FCP (125 700 euros). Or la radio était réputée proche du Tahoera'a Huiraatira  de Gaston Flosse , un parti dont le numéro 2 se trouvait justement être… Edouard Fritch.
 
Des locaux étaient également prêtés par la municipalité et du personnel mis à disposition. Des largesses qui ont interpellé les agents de la chambre territoriale des comptes en 2009, lorsqu'ils se sont penchés sur le dossier. Le financement public de Radio Maohi pose de "graves problèmes de régularité", à estimé la chambre. "Si Radio Maohi devait être considérée comme une radio partisane, la question se poserait de la légalité des subventions qui lui ont été versées", estimait alors la juridiction.
 
Dans un communiqué, Edouard Fritch tenu "à apporter des précisions". Il affirme ainsi que les subventions accordées à Radio Maohi avaient été décidées par le Conseil municipal en 2007. "Cette délibération a été approuvée par l’administrateur d’Etat en charge du contrôle de la légalité des actes municipaux", poursuit-il. Contestant les termes de sa mise en examen, Edouard Fritch " s’étonne d’une part que ce dossier arrive sur la place publique à la veille d’élections" et assure que la subvention a été versée "en toute transparence" " sans qu’il n’y ait été fait obstacle par le contrôle de légalité ou par le Trésor Public".
Les Outre-mer en continu
Accéder au live