outre-mer
territoire

Nouveau rebondissement dans l'affaire Huyghues-Despointes

justice
A. H Despointes
Alain Hugues-Despointe ©Martinique 1ere
Trois associations portent plainte contre les magistrats de la Cour de Cassation qui a réhabilité Alain Huyghues-Despointes. Le Martiniquais a été blanchi des accusations d'apologie de crime contre l'humanité le 5 février.
L'affaire Huyghues-Despointes n'est pas toujours pas terminée. Le 5 février, l'octogénaire martiniquais était réhabilité par la Cour de Cassation. Cette dernière qui juge de la bonne application du droit a estimé que l'industriel ne pouvait  être poursuivi, comme cela avait été le cas, sur les bases de la loi Taubira de 2001.
Alain Huyghues-Despointes  avait auparavant été condamné en première instance, puis en appel, pour apologie de crime contre l'humanité. Il lui était reproché d'avoir, dans un documentaire diffusé sur Canal + en 2009, évoqué les cotés positifs de l'esclavage. L'industriel avait également justifié le rejet du métissage chez les békés par la nécessité de "préserver la race". Des propos qui, ont attisé le mécontentement des grévistes en pleine crise contre la vie chère aux Antilles.
 

 
Alain Huyghues-Despointes réhabilité, c'est désormais aux magistrats de la Cour de cassation que veulent s'attaquer trois associations martiniquaises. Le Mouvement international pour les réparations, le Collectif des fils et filles africains déportés et le Mouvement pour une nouvelle humanité ont porté plainte contre les hauts magistrats de la Cour de Cassation. Les associations les accusent de discrimination raciale et d'incitation à la discrimination raciale.
 "Il est de notre devoir de faire respecter notre honneur, l'honneur des descendants de ces hommes et de ses femmes qui ont subi l'esclavage", a expliqué Gabriel Garcin Malsa, président du Mouvement international pour les réparations (MIR) au micro de Jacques Dijon pour Martinique 1ere.

Gabriel Garcin Malsa sur Huygues Despointes

 

Publicité