publicité

Otages au Sahel : les familles prônent la négociation

"La France doit donner à Aqmi des signaux clairs montrant une volonté de négocier", estiment dans un communiqué publié lundi les familles des quatre otages enlevés en septembre 2010. Le chef d'état-major des armées a affirmé quand à lui sur Europe 1 ne "pas savoir où se trouvent les otages". 

Les otages français actuellement retenus par Al-Qaida au Maghreb islamique : de gauche à droite, Daniel Larribe, Pierre Legrand, Thierry Dol et Marc Ferret. © AFP
© AFP Les otages français actuellement retenus par Al-Qaida au Maghreb islamique : de gauche à droite, Daniel Larribe, Pierre Legrand, Thierry Dol et Marc Ferret.
  • La1ere.fr avec AFP
  • Publié le , mis à jour le
"Aujourd'hui, on considère que les opérations militaires, de force, ne parviendront pas à sauver les otages", a expliqué René Robert, le grand-père maternel de Pierre Legrand, l'un des quatre otages  aux mains d'Aqmi. "Nous voulons qu'aujourd'hui soient donnés des signaux très clairs à Aqmi pour qu'on manifeste une volonté de négocier", a-t-il ajouté.
           
"Nous pensons qu'il est temps d'envoyer des signaux et nous considérons que comme ça se passe dans d'autres pays, si la négociation ne peut pas être conduite directement par l'Etat, (il) peut solliciter en appui les entreprises".
           
"Ce n'est pas à la France de hisser le drapeau blanc, mais c'est à la France d'envoyer des signaux pour que la partie adverse lève le drapeau blanc", a poursuivi M. Robert, soulignant que "peut-être grâce à la pression qui a été conduite, grâce aux difficultés qu'ils connaissent, (les jihadistes) sont peut-être dans une position où ils sont plus aptes à accepter de négocier".
           
Justifiant la demande d'ouverture de dialogue, les familles de Pierre Legrand, Thierry Dol (originaire de Martinique), Daniel Larribe et Marc Féret expriment dans leur communiqué "leur angoisse sans cesse grandissante au regard des évènements militaires qui se déroulent dans l'Adrar des Ifoghas".
           
Elles pointent aussi "l'intensité des combats qui peuvent mettre la vie de leurs proches en danger et estiment que chaque affrontement peut leur être fatal". "Après les opérations militaires, a dit M. Robert, il faut une pause, qu'il y ait une stratégie qui au lieu d'être une stratégie de force, soit une stratégie d'ouverture de dialogue. Qu'on montre une volonté de dialoguer".
 
VIDEO. Le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, lundi matin sur Europe 1

Le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, lundi 4 mars 2013 sur Europe 1
##fr3r_https_disabled##

 

Amiral Guillaud : "nous ne savons pas où se trouvent les otages"

Le chef d'état-major des armées, Edouard Guillaud, a affirmé lundi sur Europe 1 ne "pas savoir où se trouvent les otages" tout en ajoutant qu'ils n'étaient pas à l'endroit où les forces militaires "frappent".
   
"Nous ne savons pas où se trouvent les otages", a répondu l'amiral auquel  on demandait s'il espérait les trouver dans le nord-est du Mali où se concentrent les combats contre les jihadistes. "Evidemment, la totalité des opérations que nous menons est faite en gardant présent à l'esprit le fait que nous pouvons nous rapprocher d'eux".
   
"Nous organisons nos opérations uniquement pour être sûrs de pouvoir les préserver", a-t-il insisté. "Nous pensons savoir que les otages ne sont pas là, sinon, nous ne le ferions pas (les frappes, ndlr)", a relevé l'officier interrogé sur les bombardements opérés par la France. "Il est possible qu'ils aient été déplacés, pas forcément vers un autre pays", a-t-il dit en soulignant l'immensité de la zone géographique concernée.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play