Bourbon se refait une santé

économie
Chateauvieux, président du groupe Bourbon
Jacques de Chateauvieux, président du groupe Bourbon ©ERIC PIERMONT / AFP
Le groupe, originaire de  la Réunion,  a annoncé vendre une partie de sa flotte pour se désendetter. Une annonce saluée chez les investisseurs, l'action connaissant une forte hausse.
La stratégie semble s'avérer payante. Mercredi, Bourbon annonçait céder une partie de sa flotte. Au total il cède pour 2,5 milliards de dollars de navires, soit entre 80 et 85 pièces, qu'il va gérer en location longue durée. Le groupe sucrier originaire de la Réunion et reconverti dans le pétrole  possèdera  au total 550 navires d'ici 2015.
 
Dès l'annonce effectuée, les actions du groupe ont effectué un bon en bourse et le titre du groupe a clôturé en hausse ce mercredi. Il gagnait ce jeudi matin 7,49% dans un marché en hausse de 0,32%.
 
 

De très bons résultats en 2012

L'objectif du groupe de Jacques de Chateauvieux est de "préparer l'avenir". Ce dernier s'annonce sous de bons augures, puisque le groupe présentait également ce mercredi ces résultats pour l'année 2012. Son chiffre d'affaire de 1,19 milliards d'euros est en hausse de 17,7%, et son bénéfice net est multiplié par six.
 
Crée en 1948, le groupe Bourbon est né à la Réunion de la fusion de plusieurs sociétés et devient rapidement un leader de l'industrie sucrière de l'île. Ses sucres et son rhum s'exportent principalement vers l'Hexagone. A la fin des années 80, le groupe se diversifie dans les activités maritimes, notamment à l'offshore. Il entre en bourse en 1998 et se désengage du secteur agroalimentaire. C'est en 2005 que le "groupe Bourbon", devenu "Bourbon" déménage son siège de la Réunion pour s'installer à Paris. Il emploie aujourd'hui plus de 10 000 personnes dans le monde.