outre-mer
territoire

Mise en examen de Nicolas Sarkozy: "les juges sont des fils de pub" selon Patrick Karam

politique
karam
©GERARD CERLES / AFP
La garde rapprochée de Nicolas Sarkozy monte aujourd'hui au créneau pour défendre l'ancien chef de l'Etat mis en examen hier soir à Bordeaux dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Patrick Karam, ancien délégué interministériel à l'Outre-mer ne mâche pas ses mots pour qualifier les juges.
Après la mise en examen hier soir à Bordeaux de l'ancien président de la République pour "abus de faiblesse" dans le cadre de l'affaire Bettencourt, les réactions de ses proches se multiplient. Les fidèles de Nicolas Sarkozy dénoncent un "acharnement judiciaire" qui viserait à l'éliminer de la course à la Présidentielle de 2017. Patrick Karam, ancien délégué interministériel à l'égalité des chances des français d'Outre-mer n'y va pas par quatre chemins:
"Nous avons une poignée de juges, de petits juges, qui cherchent à se faire de la pub. Ce sont de véritables fils de pub".
Ecoutez la déclaration de Patrick Karam, joint par Thierry Belmont, d'Outre-mer 1ère radio.

Patrick Karam / juges fils de pub

Patrick Karam, aujourd'hui conseiller régional UMP d'Île de France et conseiller politique de l'UMP est un proche de Nicolas Sarkozy. Mercredi dernier, à Paris, il a d'ailleurs reçu les insignes de chevalier de la Légion d'honneur, des mains de l'ancien chef de l'Etat.
Patrick Karam revient sur cette décoration et estime qu'à travers lui, ce sont tous les Français d'outre mer qui se sentent français qui sont ainsi honorés. 

Patrick Karam Légion d'honneur

 

Christiane Taubira défend l'indépendance de la Justice
Dans un communiqué la garde des Sceaux Christiane Taubira a rappelé l'indépendance de l'autorité judiciaire. "Les juges d’instruction sont des magistrats du siège qui assurent leur mission en toute indépendance et conformément au droit.", a-t-elle précisé.
La ministre de la Justice a également regretté "tous propos qui porteraient atteinte à l’honneur des juges" et assuré "les magistrats qui seraient mis en cause de son soutien."
Publicité