Mauvaise ambiance au Palais de Justice de Papeete

justice
La balance de la justice
Des magistrats de Papeete se sont plaint du comportement du procureur José Thorel. Ce dernier, soupçonnant des collusions entre eux et Bill Ravel, un homme d'affaires condamné pour corruption ont fait l'objet d'un enquête préliminaire.
L'affaire est sortie au grand jour par le biais des journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Davet, également à l'origine d'un livre sur Gaston Flosse.

Dans un article (édition abonnés) intitulé "Au tribunal de Papeete, une enquête judiciaire sème le trouble entre magistrats", les journalistes ont révélé que plusieurs magistrats de Papeete avait saisi officiellement Christiane Taubira pour dénoncer "de graves dysfonctionnement qui, selon eux, affectent le tribunal". Parmi eux, André Frémont, substitut du procureur, Jean-Pierre Beloli, substitut général et Marie-Claude Pena ont, dans un courrier, dénoncé le comportement du procureur de Papeete José Thorel.
André Frémont indique ainsi par écrit la ministre de la Justice et au président de l'USM (Union syndicale des magistrats) être victime de "harcèlement", selon le courrier que se sont procuré les journalistes du Monde. Il se plaint d'investigation sur l'ensemble de ses comptes bancaires, et de perquisitions chez des tiers "visant uniquement à [le] mettre en cause dans des dossiers qui ne [le] concernent nullement."
 

Aucune collusion révélée

En cause, des photos, saisies par les juges enquêteurs,  sur lesquelles on peut voir plusieurs magistrats de Papeete, dont André Frémont et ceux-cités plus haut, en compagnie de Bill Ravel, riche homme d'affaires mis en examen en novembre 2012 pour "corruption active " et "trafic d'influence".
 
A ce jour alors qu'une enquête a été ouverte, aucune collusion n'a été établie entre les magistrats et Bill Ravel, comme le précisent les Nouvelles  de Tahiti, qui ont également enquêté sur le dossier. " Des vérifications ont rapidement établi que leurs relations avec Bill Ravel étaient strictement personnelles", écrit le quotidien. Même s'"il est apparu sur les factures téléphoniques détaillées de Bill Ravel que l'homme d'affaires a eu une conversation téléphonique avec le substitut du procureur André Frémont juste avant la perquisition menée à son domicile et quelque temps après", aucune suite n'a été donnée à ce volet de l'affaire.
Les Outre-mer en continu
Accéder au live