publicité

La transparence des élus, une évidence pour Victorin Lurel

Le ministre des Outre-mer s'est prononcé en faveur de plus de transparence en politique. Sa déclaration de patrimoine sera rendue publique d'ici quelques jours, une décision qu'il aimerait voir élargie à tous les élus et hauts-fonctionnaires.

Victorin Lurel © Jean-Christophe L'Espagnol / AFP
© Jean-Christophe L'Espagnol / AFP Victorin Lurel
  • Par Maïté Koda
  • Publié le , mis à jour le
L'ancien Premier ministre François Fillon a dévoilé sur France 2 son patrimoine lundi 8 avril. La ministre déléguée en charge des personnes handicapées Marie-Arlette Carlotti l'avait précédé en faisant de même sur son blog.
 
Si quelques voix s'opposent à ce voyeurisme, depuis l'affaire Cahuzac, les élus de tous bords rivalisent de propositions dans la course à la transparence. Pour le ministre des Outre-mer Victorin Lurel, cette transparence est une nécessité. "J'ai été en Guadeloupe à l'époque le seul à avoir publié dans le magazine 7 mag mon patrimoine. J'ai détaillé mes revenus, mon patrimoine immobilier, à savoir  une maison en Guadeloupe – j'en ai aujourd'hui une deuxième à Paris-,  mon épargne, une vieille voiture de 12 ans…", énumère-t-il.
 

Auditionner les ministres potentiels avant leur nomination

En tant que membre du gouvernement, la déclaration de patrimoine de Victorin Lurel sera publiée le 15 avril. Le ministre a beau regretter les conditions dans lesquelles se déroule ce qu'il nomme une "véritable course à la vertu", il salue la démarche de Jean-Marc Ayrault et n'en démord pas : cette opération transparence doit concerner tous les élus. "Tous les responsables publics doivent y passer, affirme-t-il, y compris certains hauts-fonctionnaires et ceux qui travaillent dans les cabinets". Le ministre des Outre-mer ne s'opposerait d'ailleurs pas à une modification de la Constitution.
"Il faudrait un code de déontologie, que le déontologue de l'Assemblée nationale et du Sénat puisse travailler à une réelle organisation. Il faudrait aussi que les ministres soient auditionnés par les commissions parlementaires avant d'être nommés, qu'une nomination ne se résume plus à un simple coup de fil, avance-t-il, précisant que cela constituerait à ses yeux " une sérieuse amélioration de la démocratie française".

"Une demande légitime" pour Nassimah Dindar

Le ministre s'est exprimé au cours d'un point presse à l'issue d'une réunion consacrée à la défiscalisation. Plusieurs autres élu(e)s d'Outre-mer étaient présents. La députée (PRG) de Saint-Pierre et Miquelon Annick Girardin a refusé de s'exprimer sur la question avant qu'une position officielle soit définie par les radicaux de gauche.
En revanche, la présidente (centriste) du Conseil général de la Réunion Nassimah Dindar a précisé qu'elle ne publierait rien dans l'immédiat, mais le fera "sans problème", si on le lui demande. "Pour moi n'y a aucun souci à à ce qu'on soit réellement transparent. Ces déclarations sont déjà envoyées à la Commission de transparence en début et en fin de mandat. Que cela puisse paraître et soit partagé à la population, je n'y vois aucun souci et trouve la demande légitime", a-t-elle répondu.

.

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play