outre-mer
territoire

L'Assemblée nationale va voter aujourd'hui le projet de loi sur le mariage gay dans une atmosphère houleuse

politique
Christiane Taubira, le 20 février 2013 à Paris, Assemblée nationale
La ministre de la Justice Christiane Taubira, le 20 février 2013 à l'Assemblée nationale ©AFP/Archives, Miguel Medina
Sans surprise, le projet de loi tant débattu devrait être adopté aux alentours de 17H (heure de Paris). La France deviendra ainsi le 9ème pays européen à autoriser le mariage entre personnes du même sexe. Mais les opposants au texte ne désarment pas. Ils vont saisir le conseil constitutionnel.
Le mariage homosexuel est déjà légalisé dans 14 pays à travers le monde, 9 sur le continent européen, mais en France, cette évolution de la société continue à susciter les passions. L'Assemblée nationale votera le texte aux alentours de 17H, alors qu'à l'extérieur du Palais Bourbon, une manifestation pro-mariage gay se déroulera. Mais les "anti" ont d'ores et déjà appelé à un rassemblement à 19H dans le 7ème arrondissement de Paris.


Lettres de menaces

Hier, à la veille du vote et au lendemain de la manifestation parisienne, l'ambiance autour du projet de loi s'est singulièrement crispée avec l'envoi d'une lettre contenant de la poudre de munition à Claude Bartolone, le président PS de l'Assemblée nationale. Dans cette missive, une anonyme Interaction des forces de l'ordre le mettait "en demeure de surseoir au vote définitif" de la loi.


Christiane Taubira inquiète du climat général  

Plusieurs personnalités se sont alarmées de ce développement, à commencer par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui a souligné qu'il fallait 
prendre une telle menace "très au sérieux". La Garde des Sceaux, Christiane Taubira, qui a porté de bout en bout le projet, s'est déclarée "très inquiète de l'ambiance générale". Christiane Taubira est interviewée par Loise Delacotte, Outre-mer 1ère radio.

Taubira climat général avant vote

Des députés inquiets

Face à ce climat délétère, les députés se disent inquiets. C'est le cas par exemple du député guyanais Gabriel Serville. Il s'abstiendra cet après midi à l'Assemblée nationale sur le projet de loi, mais il dénonce les actes homophobes qui se multiplient dans le pays.

gabriel Serville

Le projet de loi examiné par le conseil constitutionnel

De leur coté, les députés de l'opposition ont déjà prévenu qu'ils saisiront dés aujourd'hui le conseil constitutionnel pour tenter de faire invalider le projet de loi. Les gardiens de la constitution ont un mois pour rendre leur décision. Si le texte est déclaré conforme à la constitution, le gouvernement ira certainement très vite pour promulguer la loi, pour tenter le plus vite possible de mettre fin à cette séquence compliquée et tendue. 


  
  
 

Publicité