outre-mer
territoire

Saint-Denis, lieu fort de la commémoration de l'esclavage dans l'Hexagone demain 23 mai

société
Saint Denis
La ville de Saint-Denis (93) ©JACQUES DEMARTHON / AFP
Depuis 2004, la commune de Saint-Denis commémore les victimes de l'esclavage. Les cérémonies ont désormais lieu en partenariat avec le CM98, une convention a été signée entre les deux parties accordant au comité les subventions nécessaires à la tenue d'un tel événement.
Ce jeudi 23 mai aura lieu la 15e Commémoration des victimes de l'esclavage dans l'Hexagone. Le CM98, le Comité issu de la marche du 23 mai organise depuis 2008 la célébration en partenariat avec la ville de Saint-Denis. Mais avant cela  la commune célébrait dès 2004 des la mémoire des victimes de l'esclavage.
 
Ce partenariat entre le CM98 et la commune de Seine-Saint-Denis est une évidence pour le maire de Saint-Denis, Didier Paillard. "Saint Denis à la particularité d'être une ville qui accueille énormément d'ultramarins. C'est une ville qui s'est faite d'immigrations successives et qui a l'intelligence de chercher à connaître la culture de l'autre",  a-t-il souligné au micro de radio d'Outremer 1ere.

Maire st Denis


 Même son de cloche chez Jacqueline Pavilla, adjointe au maire de Saint-Denis en charge de la question de la mémoire. D'origine guadeloupéenne elle se souvient des toutes premières cérémonies républicaines organisées par sa ville. "La ville nous a toujours accueillie et soutenue même avant la reconnaissance de cette date de manière officielle par la République. Je ne suis pas là que pour la communauté antillo-guyanaise mais lorsque cette communauté avance, c'est l'ensemble de la société qui avance", a-t-elle expliqué.
 

Pavilla


 
 

Une convention et des subventions

Saint-Denis vient par ailleurs de signer une convention avec le CM98. Pendant trois ans, la ville contribuera au financement des cérémonies commémoratives qui se tiendront dans sa commune chaque 23 mai.
Cette année, le ministre des Outre-mer assistera à l'inauguration d'un monument dévoilé pour l'occasion. Un monument portant 213 noms d'esclaves gravés sur une plaque.
 
Le résultat d'un travail de six ans de la part du Comité qui depuis sa création réalise un énorme travail d'archivage sur les noms des descendants d'esclaves.
 

romana


 
Un site réalisé par le comité en partenariat avec la Région Guadeloupe, anchoukaj.org recense un bon nombre de patronymes de descendants d'esclaves. Il suffit d'entrer un nom dans le moteur de recherche pour repartir sur les traces d'ancêtres esclaves et de découvrir le numéro de matricule  et leur commune de  naissance.

anchoukaj


Voici le programme complet de cette journée de commémoration avec deux villes principales: Sarcelles et Saint-Denis:
 

 

Publicité