Quelles sont ces commissions rattachées aux Outre-mer?

économie
Ministère Outre-mer
Vue de la cour intérieure du ministère des Outre-mer ©DR
Le Monde.fr a réalisé une enquête sur les 668 commissions ministérielles. Leur budget, le nombre de réunions tout à été passé au crible. Le quotidien a dénombré une dizaine de commissions pour l'Outre-mer.
Les gouvernements français adorent les commissions. Parfois sous des noms improbables- il existe un Comité stratégique du calcul intensif-, les conseils nationaux, conseils supérieurs, observatoires et comités divers sont légions, et concernent à peu près tous les sujets envisageables, et même inenvisagés.  Les journalistes du Monde.fr se sont penchés sur les quelques 668 commissions reliées aux différents ministères.  Le coût, les réunions et le nombre de personnes qui les constituent ont été passées au crible par les journalistes. Ces derniers rappellent également que la majorité de ces instances ne coûtent que peu d'argent à l'Etat, puisque la participation de leurs membres n'est le plus souvent pas rémunérée. "Les coûts occasionnés par ces instances correspondent surtout à la mise à disposition de locaux et de personnels", écrit le Monde qui estime en moyenne le financement de chaque commission à 50 000 euros par an.
 
 

43 000 euros pour le Comité pour la mémoire de l'esclavage

On dénombre ainsi 10 commissions reliées au ministère des Outre-mer. La plus importante est la Commission nationale d'évaluation des politiques de l'Etat Outre-mer. Toute jeune – elle a élu son bureau le 30 mai- elle rassemble 39 membres qui se sont déjà réunis par trois fois. Son coût: 2 332 euros.
 
Vient ensuite le Comité pour la mémoire de l'esclavage. Douze membres seulement, onze réunions et plus de 43 000 euros dépensés. Sous la présidence de Myriam Cottias, le comité organise chaque année les cérémonies de commémoration du 10 mai et rédige des propositions qui sont remises au gouvernement. Viennent encore la Commission nationale des entreprises du patrimoine vivant qui rassemble 22 membres, la Commission des comptes du tourisme,  ou la Commission nationale d'agrément délivré à des organismes du tourisme social et familial, qui ne se sont encore jamais réunies et dont le coût reste inconnu. Les 17 membres de la Commission nationale des guides conférenciers se sont eux réunis une fois mais n'ont rien coûté à l'Etat.
 
Il existe également une Commission d'orientation du commerce de proximité et même un Conseil du service militaire adapté. Créé en juillet 2011 il est censé être présidé par le général d'armée Bernard Thorette et rassembler 6 membres de droit, issus des rangs de l'armée, ainsi qu'un député, un sénateur et une dizaine de personnalités compétentes dans le domaine de la formation et de l'insertion professionnelle. Selon les chiffres du quotidien, il ne compte aucun membre mais a tout de même réussi à se réunir une fois pour un coût de 5 000 euros…

 
Retrouver l'ensemble de l'enquête sur Lemonde.fr
Les Outre-mer en continu
Accéder au live