publicité

Un porte-conteneurs se brise en deux dans l'océan Indien mais flotte toujours!

Le "Mol Comfort", 316 mètres de long, battant pavillon des Bahamas, s'est brisé en deux lundi dernier au large d'Oman. Mais trois jours après, il flotte toujours!

En bleu, la dernière position connue de la partie arrière du porte-conteneurs © Google maps
© Google maps En bleu, la dernière position connue de la partie arrière du porte-conteneurs
  • DP avec AFP
  • Publié le
Un porte-conteneurs de 316 mètres de long s'est brisé en deux dans l'océan Indien et sa partie arrière dérive au gré des courants, tandis que le sort de la partie avant n'est pas connu, selon l'armement nippon Mitsui OSK Lines.  La compagnie maritime indique sur son site internet que le navire s'est brisé en deux lundi, alors que les conditions météorologiques étaient mauvaises. Elle précise que l'équipage, composé de 26 marins, a pu être recueilli par un navire se trouvant à proximité.
Dernière image du bateau lundi dernier, avant qu'il se coupe en deux © DR
© DR Dernière image du bateau lundi dernier, avant qu'il se coupe en deux

Coupé en deux

La partie arrière du navire, qui bat pavillon des Bahamas, dérivait hier vers l'est-nord-est, selon la compagnie nipponne. Selon la position communiquée (13°00"N 61°29"E), elle se trouvait à quelque 750 km des côtes du sultanat d'Oman. En revanche, l'armement n'est aujourd'hui pas en mesure d'indiquer la position de la partie avant en raison d'une "mauvaise visibilité liée à de mauvaises conditions météo". La dernière fois qu'elle a été localisée, cette partie avant se trouvait à plus de 20 milles (38 kilomètres) de distance de l'autre partie. 

La partie arrière, photographiée après la coupure en deux, par les gardes-cotes Indiens. Les conteneurs n'ont pas bougé! © MRCC Mumbai
© MRCC Mumbai La partie arrière, photographiée après la coupure en deux, par les gardes-cotes Indiens. Les conteneurs n'ont pas bougé!
La partie avant, photographiée quelques heures après la rupture, était toujours flottante. Aujourd'hui, l'armateur ignore ou elle se trouve © MRCC Mumbai
© MRCC Mumbai La partie avant, photographiée quelques heures après la rupture, était toujours flottante. Aujourd'hui, l'armateur ignore ou elle se trouve

Un bateau récent

Le "Mol Comfort", qui provenait de Singapour et faisait route vers Jeddah (Arabie Saoudite), a été construit en 2008 et transportait 7.000 conteneurs. La compagnie maritime assure qu'aucune fuite de fioul de grande ampleur n'est à déplorer, mais que quelques conteneurs ont pu tomber à l'eau ou être endommagés lors de l'accident. Elle précise avoir demandé l'intervention d'une société de remorquage et indique qu'un patrouilleur est parti mercredi du port de Jebel Ali (Emirats Arabes Unis) et qu'il est attendu sur zone lundi prochain.  L'armement souligne être en train d'étudier les causes de l'accident avec le constructeur du navire, le groupe d'industrie lourde japonais Mitsubishi Heavy Industries (MHI).
 

Inquiétude des associations de défense de l'environnement  

Dans un communiqué, l'association de protection de l'environnement Robin des Bois estime que la "rupture d'un navire quasiment neuf entré en exploitation en 2008 confirme la fragilité de ces géants des mers". Elle souligne que 600 porte-conteneurs d'une capacité analogue ou supérieure sont en  exploitation dans le monde et qu'en 2015, une trentaine de navires auront une capacité de 18.000 conteneurs. "Plus les bateaux sont grands, plus les armateurs et surtout les chargeurs sont gagnants. A l'inverse, la sécurité et l'environnement sont perdants", écrit l'association, qui s'inquiète pour "la biodiversité et les pêcheurs du Yémen, du sultanat d'Oman, d'Iran, du Pakistan et de l'Inde", alors que le "Mol Comfort" peut emporter dans sa soute 9.000 tonnes de fioul.

 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play