outre-mer
territoire

Gaston Flosse de nouveau renvoyé en correctionnelle en 2014

gaston flosse
Gaston Flosse francetvinfo
©francetvinfo
Les ennuis judiciaires du président de la Polynésie sont loin d'être finis. Gaston Flosse comparaîtra en effet devant le tribunal correctionnel de Papeete en 2014 dans l'affaire de la cellule de renseignements active pour son compte jusqu'en 2004. 
Le président de la Polynésie  française et sénateur (divers droite) Gaston Flosse comparaîtra devant le tribunal correctionnel de Papeete en 2014 dans l'affaire du SED, une cellule de renseignements active jusqu'en 2004, a révélé samedi 24 août le site polynésien Tahiti-Infos.

Ce site fait état d'une ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, signée par le juge d'instruction Philippe Stelmach, que l'Agence France Presse a pu se procurer. Le parquet avait estimé les faits prescrits, et requis un non-lieu en mars dernier, mais il ne fera pas appel. Le procès devrait avoir lieu au milieu de l'année 2014.
 

Des agents pour surveiller les adversaires politiques

Gaston Flosse, mais aussi son ancien directeur de cabinet, les deux principaux cadres du SED et huit autres personnes, sont mis en examen pour atteinte à la vie privée. Sous la présidence de Gaston Flosse, jusqu'en 2004, le SED (Service d'études et de documentation) employait des agents à surveiller ses adversaires politiques, mais aussi son ex-femme et ses maîtresses, ainsi qu'un juge d'instruction et au moins un journaliste.

Les premières plaintes avaient été déposées en 2005 par Oscar Temaru, qui avait succédé à Gaston Flosse à la présidence de la Polynésie, et par Stanley Cross, un avocat. Tous deux affirmaient que les agents du SED les avaient filmés et photographiés, et avaient enregistré leurs conversations. Plusieurs anciens agents ont reconnu ces faits, tout comme des filatures ou des poses de micros. La cellule renseignement du SED a compté jusqu'à 19 agents. Elle était placée sous la direction de deux anciens militaires de la DGSE, embauchés en 1997 par Gaston Flosse.

"Tous les agents ayant travaillé au sein de cette cellule, avaient été engagés dans le cadre de contrats de cabinet du président du pays, avec la fausse qualification d'agent administratif ou de technicien", note le juge dans son ordonnance de renvoi. Selon lui, le SED a créé "une activité liberticide pour le seul et unique usage du président du territoire".
 

Les archives du SED détruites en 2004

Lors de ses auditions, Gaston Flosse a affirmé que le SED n'était pas sous son autorité directe, mais sous celle de son directeur de cabinet. Toutes les archives du SED ont été détruites lorsqu'il a perdu le pouvoir en 2004. Me François Quinquis, l'avocat de Gaston Flosse, affirme que ce procès est un "non-sens juridique".

Gaston Flosse a repris le pouvoir en mai dernier. Au début de l'année, il avait été condamné en première instance à 5 ans de prison ferme et 5 ans d'inéligibilité pour trafic d'influence et corruption active, puis à 4 ans de prison avec sursis et 3 ans d'inéligibilité dans une affaire d'emplois fictifs jugée en appel. Il a fait appel dans la première affaire et s'est pourvu en cassation dans la deuxième. Il a déjà annoncé qu'en cas d'inéligibilité, ce serait son dauphin Edouard Fritch qui reprendrait le pouvoir.
Publicité