publicité

Ericka Bareigts claque la porte de Victorin Lurel!

Que s'est-il passé ce mardi matin au ministère de l'Outre-mer? Le rendez-vous entre la député -socialiste- de La Réunion Ericka Bareigts et le ministre -socialiste- des Outre-mer, a tourné au vinaigre. La députée a évoqué un "dialogue absent". 

© Daniel Fontaine (Réunion 1ère)
© Daniel Fontaine (Réunion 1ère)
  • Par David Ponchelet
  • Publié le , mis à jour le
Ordinairement, le ballet des rendez-vous au ministère des Outre-mer est plutôt feutré, bien réglé et sans surprise. La tradition veut en effet que le ministre reçoive régulièrement les élus ultramarins (députés, sénateurs, présidents de conseils généraux ou régionaux...) pour évoquer les dossiers du moment. En règle générale, cela se passe dans une atmosphère tranquille, surtout lorsque l'élu reçu appartient à la même famille politique que le ministre en place.


Une députée en colère!

Mais ce mardi matin, rue Oudinot, rien ne s'est passé ainsi. La députée de la première circonscription de La Réunion, la socialiste Ericka Bareigts a quitté son rendez-vous avec Victorin Lurel très mécontente de la teneur des discussions. A la sortie, elle a exprimé sa colère devant les journalistes présents.

Ecoutez Ericka Bareigts, au micro Outre-mer 1ère de William Kromwel.

Ericka Bareigts / clash avec Victorin Lurel


D'après les explications donnés par la députée, elle souhaitait évoquer plusieurs dossiers d'actualité: la défiscalisation et la Banque Publique d'Investissement notamment. Mais d'après d'autres sources, la députée a d'abord voulu évoquer avec le ministre  les lourdes et récurrentes dissensions internes au parti socialiste réunionnais. Elle aurait demandé à Victorin Lurel de trancher entre les deux clans qui divisent les socialistes.

Socialistes des villes et socialistes des champs

D'un coté, il y a les socialistes du Nord et des villes, menés par Gilbert Annette, c'est à ce courant qu'appartient Ericka Bareigts. En face, il y a les socialistes "des champs" et souvent du sud, menés par Patrick Lebreton, le député-maire de Saint Joseph. Le ministre des Outre-mer aurait fermement refusé d'arbitrer la querelle, mettant fin prématurément à l'entretien. Il semble bien que l'approche des élections municipales des 23 et 30 mars 2014 attise les tensions entre les frères ennemis socialistes. Et ce n'est pas ce rendez-vous parisien très spectaculaire qui va apaiser les esprits...

En campagne électorale à La Réunion, François Hollande avait prudemment évité d'attiser les querelles socialistes

Lors de sa venue à La Réunion en mars 2012, avant le premier tour de la présidentielle, François Hollande avait pris soin de ne pas arbitrer entre les deux clans socialistes et surtout de ménager les susceptibilités. Il avait expliqué, hors micro, qu'il prenait "la gauche réunionnaise comme elle est", autrement dit avec toutes ses divisions. Lors de sa première journée, il avait tenu meeting à Saint-Denis, fief de Gilbert Annette. Les "socialistes du sud" s'étaient alors bien gardés de faire venir leurs militants. Le second jour, le candidat Hollande avait fait le tour de l'île pour contenter toutes les tendances de gauche. Il avait rencontré le PCR à Saint Louis, tenu meeting chez Patrick Lebreton à Saint-Joseph, avant de clôturer son tour de l'île par Saint-Benoit, terre d'élection de Jean-Claude Fruteau, le seul dirigeant socialiste réunionnais à avoir fait campagne pour François Hollande avant même la tenue des primaires socialistes fin 2011.  

Sur le même thème

publicité
L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play