publicité

Un nouveau dispositif anti-requins bientôt sur le marché

Pascal Barguirdjian est Breton, inventeur de son métier. Il a conçu un nouveau dispositif anti-requins : le "Dearteck", un appareil portable qui éloigne les squales. Il sera à la Réunion à partir de lundi pour présenter son nouvel outil "made in France".

Un nouvel appareil qui éloigne les requins grâce à des ondes électromagnétiques et des rayons UV pulsés © Tecknisolar-Seni
© Tecknisolar-Seni Un nouvel appareil qui éloigne les requins grâce à des ondes électromagnétiques et des rayons UV pulsés
  • Par Léia Santacroce
  • Publié le , mis à jour le
Le Dearteck, c'est son nom. Cet appareil anti-requins est né dans un bureau d'études breton implanté à Saint-Malo, Tecknisolar-Seni. Créé en 1992, ce micro-laboratoire regroupe des ingénieurs, ou plutôt, des "solutionneurs" comme le souligne son directeur, Pascal Barguirdjian. 


Ceci n'est pas un sèche-cheveux. Cet appareil permet aux plongeurs d'éloigner les requins. © Tecknisolar-Seni
© Tecknisolar-Seni Ceci n'est pas un sèche-cheveux. Cet appareil permet aux plongeurs d'éloigner les requins.


Dearteck, comment ça marche

Indignée par la multiplication des attaques de requins à la Réunion, l'équipe de Tecknisolar-Seni s'est penchée sur le comportement de l'animal. Premier constat : le requin est myope et doté d'importants capteurs sensoriels et olfactifs. Il est attiré par les signaux électriques produits entre autres par des frottements : le glissement d'un surf sur l'eau, le passage d'un bateau, etc.

En produisant des UV pulsés et des ondes électromagnétiques, le Dearteck agit en quelque sorte comme un répulsif et un brouilleur de pistes. Résultat, il éloigne les requins à une distance d'environ 50 mètres de son utilisateur, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. D'après son inventeur breton, le dispositif a déjà été testé avec succès dans les eaux du Cap Vert, de la Mer Rouge, de la Caraïbe et de l'Océan Indien. Un brevet a été déposé en décembre 2012. Précision de Pascal Barguirdjian : le dispositif n'est nocif ni pour l'homme, ni pour le requin.
Dearteck, nouvel appareil anti-requins
Trois modèles existent actuellement et sont prêts à être fabriqués :
  • le Dearteck version "surfeur", attaché au mollet ;
  • le Dearteck version "plongeur" tel que présenté dans la vidéo ci-dessus ;
  • le Dearteck version "protection des plages" : un mur de bouées équipées de Dearteck permettrait de créer un enclos protégé et propice à la baignade.

Commercialisation imminente

D'après Pascal Barguirdjian, près de 400 000 euros ont déjà été engagés depuis trois ans pour créer cet appareil. Lors de sa visite de 10 jours à La Réunion à compter de lundi, il doit exposer son invention à des collectivités locales et des associations. Contrairement à ce qu'on a pu lire dans la presse, l'entreprise n'a jamais participé aux appels à projets réunionnais. "Moi, je viens présenter mon projet à La Réunion, c'est vraiment pour les aider. S'ils n'en veulent pas, tant pis. Je commercialiserai mon produit à Maurice, en Australie et en Afrique du Sud dès 2014" explique-t-il.

Selon les estimations de Tecknisolar-Seni, une soixantaine d'emplois pourraient être créés si Dearteck était fabriqué sur l'île. Et Pascal Barguirdjian d'ajouter : "Je serais très fier de contribuer à relancer le tourisme à La Réunion et de participer à la création d'emplois locaux autour d'un produit entièrement made in France".

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play