Le racisme à la Une de la presse nationale

société
Libé et Le Parisien / racisme
©La1ere.fr
Libération et Le Parisien/Aujourd'hui en France consacrent ce mercredi leurs principaux titres au même sujet: "La France devient-elle raciste?" s'interroge Le Parisien, tandis que Libération constate que "la parole xenophobe se libère en France" et publie une longue interviews de Christiane Taubira.
Hier, c'est le journal Le Monde qui avait publié une tribune libre d'Harry Roselmack dans ses pages "Débats", sous le titre "La France raciste est de retour". 
Ce matin, deux quotidiens, aux lignes éditoriales pourtant bien différentes font le même constat.


Un quotidien populaire

Le journal Le Parisien/Aujourd'hui en France, qui n'est pas le quotidien des élites, pose la question à sa Une: "La France devient-elle raciste?"
Le journal rappelle les faits: "une ministre insultée pour la couleur de sa peau (NDLR: Christiane Taubira), et des réseaux sociaux qui se transforment en déversoirs de haine". Dans un court éditorial, le journal fait le constat que "Un parfum rance flotte sur la France. Depuis quelques temps déjà, un verrou a sauté dans notre rapport à la différence". Selon le quotidien, c'est aussi "le signe d'une société en plein doute". 

Un quotidien élitiste et engagé

Libération, clairement engagé à gauche, interviewe longuement Christiane Taubira (extrait ici, lien payant pour l'intégralité). La ministre de la justice, victilme de nombreuses attaques racistes, notamment à la suite du débat sur le mariage pour tous, estime que "des inhibitions disparaissent, des digues tombent"

"Je me ramasse depuis longtemps du "macaque", du "y a bon Banania", par des manifestants ou des élus qui l'écrivent sur leur site internet (...) Ceux qui sont incapables de tracer un horizon passent leur temps à dire au peuple français qu'il est envahi, assiégé, en danger."

Et la conclusion de la ministre de la justice est sans aucun doute une pavé lancé dans la mare: "Ce qui m'étonne le plus, c'est qu'il n'y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française"
Les Outre-mer en continu
Accéder au live