Coupe de France de foot: un joueur du Paris FC ne sera pas à La Réunion par peur de l'avion!

football
avion illustration
©FRED DUFOUR / AFP
Dimanche prochain, la Sainte-Marienne recevra le Paris FC dans le cadre du 7ème tour de la coupe de France de football. Les footballeurs parisiens s'envolent ce lundi soir pour La Réunion, sans Noui Laïfa. Le milieu de terrain a tout simplement la phobie de l'avion.
"Passer 11 heures dans un avion, c'est insurmontable", explique ce matin Noui Laïfa au journal Le Parisien, pour justifier son absence lors de ce 7ème tour de la coupe de France. "La Réunion c'est magnifique et il fait chaud. Mais pour moi, même en me bourrant de cachets, c'est impossible".  


Une phobie née dans l'enfance

Le footballeur originaire d'Algérie raconte que sa phobie est née lorsqu'il avait 7 ou 8 ans. Lors d'un voyage vers son pays d'origine avec sa mère, il a eu extrêmement peur. Cette phobie est restée et a été amplifiée par le le crash du Concorde en juillet 2000.

L'an dernier pourtant...

La saison dernière, Noui Laïfa jouait à Ajaccio, en Corse. Il était donc contraint de prendre l'avion pour tous les déplacements. "Je me programmais pour résister deux heures maximum. J'étais stressé mais j'essayais de ne penser à rien, de dormir...Parfois je mettais mon manteau sur ma tête. Rester une heure trente-deux heures, ça va, mais passer onze heures dans un avion, c'est insurmontable". 

Les dirigeants ont compris

Laïfa explique qu'il a informé les dirigeants du Paris FC très rapidement, après le tirage au sort du 7ème tour. "Le coach a compris mes raisons. On ne peut pas lutter contre une phobie." 
Dennis Bergkamp, un précédent célèbre!
Noui Laïfa n'est pas le premier footballeur à refuser de prendre l'avion par phobie. Avant lui, l'international néerlandais Dennis Bergkamp l'a fait. Sa peur presque légendaire de l’avion lui a valu le surnom de "non-flying Dutchman" parmi les supporters du club Arsenal. Dennis Bergkamp restait généralement dans son pays, sauf si un trajet en avion était inévitable comme pour la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis. Sinon, il effectuait tous ses déplacements en voiture.