outre-mer
territoire

La comédienne martiniquaise Jacky Tavernier brille dans « L’Absence »

cinéma
jacky tavernier
La comédienne Jacky Tavernier, le 27 janvier 2014 à Paris ©Stéphane Weber
Cinq ans après sa sortie officielle, on peut enfin voir le film de Mama Keita, « L’Absence », dans l’hexagone. L’un des rôles principaux est tenu par la comédienne martiniquaise Jacky Tavernier. Rencontre. 
Sorti en 2009, « L’Absence » a obtenu la même année le prix du scénario au festival du film Fespaco de Ouagadougou (Burkina Faso), le prix du meilleur comédien au festival de Yaoundé (Cameroun), ainsi que le prix de la meilleure actrice au Festival du film francophone d’Angoulême et au Festival du film africain de Khourigba (Maroc) pour la comédienne Jacky Tavernier.
 
En dépit de ces succès dans les festivals, « L’Absence » n’est sorti que le 22 janvier… 2014 (!) dans l’hexagone, et ce dans une seule salle (au cinéma La Clef à Paris). Un énorme retard et une « absence » sur les écrans très regrettable, oserons-nous. Dur d’être un film africain à petit budget, et pas très encourageant pour la création artistique.
 
Ce film du réalisateur guinéen Mama Keita, qui compte parmi les acteurs le regretté Mouss Diouf, raconte l’histoire âpre et violente du retour en Afrique (au Sénégal) d’un exilé, parti depuis quinze ans en France. Déculturé, décalé et gangrené par les souvenirs d’un passé douloureux, Adama retrouve un pays dont il ne connaît plus les codes. Il est également confronté à sa sœur sourde et muette (interprétée par Jacky Tavernier), devenue toxicomane et prostituée occasionnelle, coincée dans un réseau de mafieux locaux. La caméra suit les errances désespérées des personnages dans les rues et les nuits de Dakar, au sein d’une Afrique en manque de repères.
 

VIDEO : la bande annonce du film « L’Absence »

 
Avec ce film, la Martiniquaise Jacky Tavernier signe un premier rôle substantiel dans un long métrage. Une interprétation difficile, comprenant des scènes de violence, qu’elle a parfaitement négociées. « J’ai travaillé les traits psychologiques du personnage, défini une direction, et laissé les choses m’habiter », explique l’actrice. « Sur le plan physique, l’aspect gestuel et corporel était très important puisque c’est un personnage qui ne parle pas. Ensuite j’ai dû apprendre le langage des signes, mais cela a été assez facile pour moi. Le coach a trouvé que je progressais très bien ! ».
 
Née à Créteil en banlieue parisienne, partie en Martinique à l’âge de neuf ans, Jacky Tavernier a toujours voulu être comédienne et commence à s’initier au spectacle dès l’école. Après son bac, elle revient à Paris pour faire un BTS tourisme. Elle découvre alors le Théâtre noir de Benjamin Jules-Rosette. Elle rencontre aussi le metteur en scène béninois Tola Koukoui qui l’oriente dans sa carrière.
 
Elle suit des cours de théâtre, notamment au Conservatoire de Créteil, de Saint-Maur, et au Cours Charpentier. Parallèlement, elle prend des cours de chant lyrique et de musique, et continue des études dans le domaine des sciences de l’éducation après l’obtention de son BTS tourisme.
 

VIDEO : Jacky Tavernier dans « L’Absence » 


La carrière de comédienne de Jacky Tavernier s’est déroulée en dents de scie, entre obligations professionnelles et engagements artistiques. Ces derniers incluent du théâtre (entre autres le personnage de Junie dans « Britannicus », mis en scène par Tola Koukoui), des figurations, de la publicité et du doublage (« Le Majordome », « Mandela », « Zulu », « Insaisissables »…). Elle a également fondé pour un temps en Guyane sa propre compagnie théâtrale, ACTRICES (Artistes créateurs d’un tremplin dans les relations interculturelles éducatives et de spectacles), qui organisait différentes manifestations ainsi que des ateliers pour les enfants. Jacky Tavernier, qui a joué notamment avec la grande Jenny Alpha, a également mis en scène, avec Odile Pedro Leal, une pièce intitulée « Dieu aboie-t-il ? ».
 
« Je ne suis pas du tout identifiable en tant qu’actrice, par les personnes susceptibles de me proposer des choses », déplore-t-elle néanmoins. « Mon parcours n’est pas vraiment classique. En ce moment j’attends des projets, tout en travaillant à l’écriture ». Un appel du pied ? Espérons que l’on retrouvera rapidement Jacky Tavernier sur les planches ou au cinéma. 

L'affiche du film

l'absence affiche
©DR

 

Publicité