publicité

Les gérants des stations service des DOM annoncent une grève illimitée à partir de mercredi à minuit

Après l’échec de nouvelles négociations ce mardi au ministère des Finances, les gérants des stations service de Guadeloupe, Martinique, Guyane et de la Réunion annoncent un mouvement de grève illimité à partir de mercredi minuit.

© reunion.1
© reunion.1
  • David Ponchelet
  • Publié le
Extrêmement remontés, les gérants des stations service ont buté durant les négociations sur les « arrêtés de méthodes » qui doivent mettre en application le décret Lurel sur les carburants, publié fin décembre au Journal Officiel.
 
Les gérants expliquent notamment avoir fait des propositions écrites sans avoir reçu de réponses de la part du gouvernement. Ils dénoncent la volonté des ministères qui souhaitent que les arrêtés de méthodes entrent en application le 1er février prochain. Ils souhaitent, quant à eux, un calendrier de négociation.

"Pas de salle de négociation"

Mardi après-midi, l’intersyndicale a interrompu tout dialogue, en affirmant qu'il n'y avait pas de salle de réunions disponibles en début d'après-midi pour reprendre la négociation. Quelques dizaines de minutes plus tard, réunis dans un hôtel parisien, les gérants ont annoncé une grève illimitée des stations service des DOM à partir de mercredi minuit.  


"Une Mascarade"

Patrick Collé a affirmé que la réunion de négociation à Bercy "était une mascarade (...) Cela fait dix mois qu'on se fait balader (...) Il y a une volonté du ministère des Outre-mer de ne pas dialoguer (...) les négociations se dérouleront +stations fermées+", a conclu le président de l'intersyndicale des gérants. 

Regardez l'interview de Patrick Collé, président de l'intersyndicale des gérants de stations service des DOM :
itw Patric Collé / grève station services

La réponse du ministère

Victorin Lurel ne souhaite pas réagir à cette annonce de grève, mais au ministère des Outre-mer, on se dit "surpris de ce changement de ton des gérants qui contrastent avec les déclarations précédentes."
Une source ministérielle précise que la réunion d'aujourd'hui avec les gérants visait précisément à discuter des propositions écrites faites par les gérants. Ces propositions écrites "méritaient qu'on prenne le temps d'un travail et d'un examen collectif, mais les gérants n'ont jamais voulu rentrer dans le fond des dossiers". Selon cette même source, le gouvernement "reste ouvert à la discussion. C'est aux gérants de faire preuve d'une volonté réelle de discuter des arrêtés de méthode.

Ce mardi soir, le dialogue de sourds a clairement débouché sur une impasse. 

Sur le même thème

L'actualité la 1ère partout et à tout moment
Téléchargez l'application La 1ère
  • AppStore
  • Google Play