outre-mer
territoire

Deux nouvelles femmes au Panthéon, mais ni Solitude ni Olympe de Gouges

société
le hall central du Panthéon .jpeg
Au Panthéon, le hall central ©cc-by hydrogen
Le président François Hollande devrait annoncer vendredi le transfert au Panthéon des cendres de Germaine Tillion, ainsi que d’autres figures de la Résistance. De nombreuses personnes souhaiteraient aussi y voir la mulâtresse Solitude et l’abolitionniste Olympe de Gouges.
A l'ethnologue Germaine Tillion, François Hollande devrait aussi associer trois autres figures de la Résistance : Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette et Jean Zay, un homme politique qui fut assassiné par des miliciens en juin 1944.
 
L’annonce du président entrera dans le cadre d’un hommage spécifique qu’il rendra à la Résistance au Mont-Valérien, où 22 membres du groupe Manouchian furent fusillés le 21 février 1944. En 1943, le groupe Manouchian avait effectué une centaine d’opérations armées et de sabotage dans la région parisienne, dont l’exécution à Paris du général SS Julius Ritter, responsable du travail obligatoire.
 
Reste que le Panthéon demeurera majoritairement masculin. Actuellement on ne compte que deux femmes pour soixante et onze hommes ! Une situation qui avait été dénoncée l’an dernier par un collectif d’organisations féministes qui avait lancé une pétition en ligne intitulée « François Hollande : panthéonisez des femmes ! ». Parmi ces femmes, trois personnalités sont importantes pour la mémoire historique des Outre-mer : la mulâtresse Solitude, Louise Michel et l'abolitionniste Olympe de Gouges. 
 
Au fait, il serait peut-être temps de changer le frontispice du Panthéon qui porte encore l’inscription suivante « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ». On a oublié quelqu’une ? 
Publicité