outre-mer
territoire

Nickel: les cours grimpent, Eramet bondit, la SLN respire...

nickel
Nickel
Mineurs calédoniens sur un massif de nickel ©Alain Jeannin
L'action Eramet a flambé: + 10,75 %. Elle a progressé dans des volumes d'achats importants mercredi à la Bourse de Paris, où le groupe minier franco-calédonien a signé la plus forte hausse de l'indice SBF 120. Responsable, la récente envolée des cours du métal. 

Le cours en bourse d'Eramet est lié à l'évolution des cours du nickel à la bourse des métaux de Londres qui est liée mais pas uniquement à la situation avec la Russie ! Eramet produit du nickel, le SLN 25 à Nouméa, pour l'industrie mondiale de l'acier inoxydable, et du métal pur à Sandouville en Normandie, pour l'industrie aéronautique, informatique et de défense. La production du groupe français est adossée sur ses énormes réserves calédoniennes de minerais. 


+10,75%

A la clôture de la bourse de Paris, le titre avait grimpé ce mercredi de 10,75 % à 78,63 euros. Sur le plan technique la valeur appuyée sur ses fondamentaux, dont la production de nickel en Nouvelle-Calédonie, est repassée au-dessus de ses moyennes  à 50 jours (à 71,15 euros) et à 200 jours (à 70,73 euros), accélérant ainsi la progression du titre. De leur côté, les marchés financiers et les investisseurs internationaux sont nerveux, l'appétit de ces derniers pour le nickel augmente. Les cours du métal montent en flèche ces derniers jours : le contrat à trois mois sur le nickel au LME de Londres a atteint 16.120 dollars la tonne, soit une progression de près de 2000 dollars par tonne depuis le mois de février.


Russie VS Nouvelle-Calédonie

Le malheur des uns fait presque le bonheur des autres. La hausse des cours du nickel est dopée depuis plusieurs jours par des rumeurs de baisse des stocks dans les entrepôts du LME en Europe et en Asie. La crise entre les occidentaux et la Russie fait grimper les cours du métal, dont la Russie est un des principaux fournisseurs mondiaux. "Ce sont les conséquences de la crise ukrainienne sur les flux de capitaux qui entrent et qui sortent de Russie qui ont le plus d'impact sur les cours du nickel", indique Didier Julienne, économiste et expert des métaux. Les investisseurs auraient vendu leurs actions à la bourse de Moscou, pour acheter des matières premières au LME, la bourse des métaux à Londres et pour un certain nombre d'entre eux des actions Eramet à Paris et à Berlin." Attention" pondère Stephen Briggs expert de BNP-Paribas à Londres, " il y a d'autres raisons à la progression des cours, et notamment de sérieux problèmes techniques de production des usines chinoises de nickel. Et puis il y a l'Indonésie et un dernier facteur qui est purement irrationnel...
Lourdement pénalisé par la chute des cours du métal depuis 2011, la branche nickel d'Eramet accusait au titre de 2013 une perte opérationnelle courante de 222 millions d'euros. David B. Wilson, analyste londonien de Citigroup indiquait toutefois que "près de 60% de la production mondiale de nickel 
se faisait à perte en fin d'année 2013". Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. 

Bouffée d'oxygène 

Paradoxalement, les prises de position de Jacques Bacardats, président de Carlo Tassara qui détient 12,8% d'Eramet, et qui préconise "une augmentation de capital et une nouvelle stratégie pour Eramet et sa filiale calédonienne", auraient aussi attiré l'attention des investisseurs sur les potentialités du groupe à travers son grand domaine calédonien. Avec cette forte progression des cours du métal à Londres, la filiale nickel d'Eramet bénéficie d'une véritable bouffée d'oxygène, ses pertes sont pratiquement réduites de moitié.
Publicité