outre-mer
territoire

Le procès en appel de Ruddy Alexis s’est bel et bien ouvert mercredi à Paris

justice
Ruddy Alexis aux assises de Paris le 2 avril 2014
Ruddy Alexis mercredi matin à l'ouverture de son procès en appel aux assises de Paris ©LS
Le procès en appel de Ruddy Alexis s’est ouvert mercredi aux assises de Paris. Et ce malgré les nombreux stratagèmes des avocats de la défense, qui protestent contre le dépaysement du procès. Ruddy Alexis comparaît, entre autres, pour le meurtre de Jacques Bino.
Ses avocats auront tout fait pour l’en empêcher, mais le procès en appel de Ruddy Alexis a bel et bien débuté mercredi aux assises de Paris. Cet homme de 39 ans, natif des Abymes et père de deux enfants, est accusé, entre autres, d’avoir tué le syndicaliste Jacques Bino lors des émeutes de 2009 à Pointe-à-Pitre, en marge du mouvement social en Guadeloupe. Absent lundi, date à laquelle aurait dû s'ouvrir son procès, Ruddy Alexis s'est présenté ce matin devant la Cour. 


 

Demande de report du procès

Dès les premières minutes de l'audience, son avocat commis d'office à Paris, Me Sanjay Mirabeau, réclame le renvoi du procès. "Dans ce dossier de 6000 pages, il y a des mots en créole, un contexte que je ne maîtrise pas, a-t-il déploré, j’ai besoin de temps pour travailler Monsieur le Président !". Avant d’ajouter, un brin moqueur : "ce n’est pas parce que j’ai le teint hâlé comme mon client (Me Mirabeau est d'origine indienne, ndlr) que je connais bien ce dossier !" Rien n’y a fait, le Président, visiblement agacé, a rejeté la demande de renvoi.

Maître Mirabeau, l'avocat à Paris de Ruddy Alexis
Maître Sanjay Mirabeau, l'avocat à Paris de Ruddy Alexis ©LS

 

La défense est farouchement opposée au dépaysement

Après l’acquittement de Ruddy Alexis en première instance en 2012, le parquet de Basse-Terre avait fait appel et demandé le dépaysement du procès dans la capitale. Une décision contre laquelle s’élèvent ses trois avocats guadeloupéens : Me Démocrite, Me Daninte et Me Derussy. Ils souhaitent que le procès en appel se tienne en Guadeloupe, comme le prévoit le Code de procédure pénale pour les départements d'Outre-mer. Dernier stratagème en date pour signifier leur opposition au dépaysement : ils n’ont pas fait le déplacement jusqu’à Paris, laissant à Me Sanjay Mirabeau le soin de défendre, seul, leur client.
 
"Si ses avocats historiques veulent laisser Ruddy Alexis tout seul, c’est LEUR problème", a martelé le Président du Tribunal, Régis de Jorna. "Maintenant, on va poursuivre ce procès !" Il n'y a plus de doute, Ruddy Alexis sera bien jugé à Paris, ce dont se réjouissent les avocats des proches de Jacques Bino, Me Tacita et Me Malouche.

Ruddy Alexis comparaîtra libre

Lors du "faux départ" du procès ce lundi, le trio d’avocats guadeloupéens avait suggéré à Ruddy Alexis de ne pas se présenter à Paris, faisant valoir ses faibles revenus. Ils ont ainsi laissé la Cour lui décerner un "mandat d’amener". C’est donc entre deux gendarmes que l’accusé est arrivé dans la capitale hier, avant d’être rapidement relâché.

 

Ruddy Alexis comparaîtra libre durant la totalité du procès. N’ayant pas de toit à Paris, il est hébergé par Monseigneur Jacques Guillot, connu pour son engagement à gauche. D’après les soutiens de Ruddy Alexis, réunis au sein du "comité respect et justice", il est désormais "fort probable" que Maître Démocrite prenne un avion pour Paris afin de rejoindre son client, "peut-être dès demain".
Publicité