outre-mer
territoire

Eramet et Vale dans un cadre mondial…

nickel
Le massif de Koniambo
Le massif de nickel du Koniambo en province Nord de Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin
Le nickel est le plus performant des métaux industriels de la Bourse de Londres ( LME ) après avoir été le pire en 2013. Il a gagné 16 % depuis janvier. Principale information cette semaine Eramet et Vale ont entamé un rapprochement avec un projet hydrométallurgique de classe mondiale. 
Le marché du nickel est un volcan endormi qui se réveille !


Un mois de mars agréable à Londres

 Avril pourrait l'être plus encore. La bourse des matières premières ( LME ) vit, ces temps ci, des heures presque euphoriques. Les valeurs cycliques et notamment celles liées aux matériaux de base sont dans une phase de transition positive. Elles ont tiré profit de l’envolée des cours du cuivre en réaction au tremblement de terre qui a frappé le Chili, qui compte pour 33% de la production mondiale.
A la city de Londres, les traders de Leadenhall street se frottent les mains. Le cours du nickel au LME enregistre la plus forte progression des métaux, avec 16 % de hausse depuis le début de l'année. Le nickel a gagné sur la semaine 2,93 % à 16 145 $ la tonne vendredi à 13 H  30.
 
Grandes manœuvres calédoniennes 
Le groupe franco-calédonien Eramet et la multinationale brésilienne Vale s'associent pour exploiter un énorme gisement de nickel dans le sud de la Nouvelle-Calédonie. Les élus de la province sud ont donné leur accord à la signature d'un partenariat avec les deux groupe miniers. L'opération verra la création d'une société, JVco, dans laquelle les industriels détiendront chacun 33% et la province sud 34%. Vale et Eramet prendront en charge toutes les études, évaluées à 1,3 milliard CFP (2,5 millions euros).

La richesse des gisements de Prony et Pernod est estimée à 3 millions de tonnes de nickel contenu sur 50 ans d'exploitation. Si la décision de construire une usine métallurgique est prise, ce sera la quatrième en Nouvelle-Calédonie, la province sud recevra 10% du capital de la société réalisant l'usine, un paiement en cash de 18 millions euros ainsi qu'une soulte équivalente à 1,25% puis 1,75% de la valeur marchande du métal vendu. Et un "Pernod" pour oublier le Koniambo ? Avec ce grand projet qui l'associe au géant brésilien des matières premières, Eramet tourne définitivement la page du Koniambo ce grand massif de nickel du nord perdu au profit de la SMSP et de Glencore-Xstrata.


Vision commune
Le projet métallurgique et minier de Prony et Pernod ne serait que la partie visible de négociations plus sensibles qui se poursuivraient entre les deux industriels français et brésiliens. Un spécialiste des matières premières qui préfère garder l'anonymat déclare: " ils ont une vision commune du marché, ce rapprochement n'est sans rappeler la tentative d'OPA de Vale sur Eramet il y a quelques années. Cette fois c'est différent, le projet calédonien est équitable et concret."


Chemins de fer en Chine, nickel de Russie
Le ralentissement économique a fini par obliger les autorités centrales à l’action. Elles viennent de dévoiler un plan de relance ciblé, qui met l’accent sur le développement de l’infrastructure ferroviaire. Le but est de construire 6.600 kilomètres de voies ferrées cette année, soit 1.000 de plus qu’en 2013. Et les rails de chemin de fer contiennent…du nickel.

Norilsk, le deuxième producteur mondial de métal raffiné a sauté sur l'occasion. Il se déclare prêt à expédier son nickel en Chine, par la voie maritime du nord, en cas de sanctions commerciales américaines.

BASF au pays du soleil levant
Le groupe allemand BASF est en négociations avec le japonais Toda Kogyo en vue de former une coentreprise pour l'élaboration de composés chimiques entrant dans la composition des électrodes utilisées dans les batteries lithium-ion. La future coentreprise se concentrera sur la production, la commercialisation et la vente d'une large gamme de matériaux de cathodes dont le NCA (Nickel Cobalt Aluminum Oxide), l'AMT (Lithium Manganese Oxide) et le NCM (Nickel Cobalt Manganèse) au Japon.

Le groupe allemand a décidé de s'imposer sur le marché des produits chimiques pour batteries, dominé par des entreprises asiatiques. BASF fait ainsi le pari d'une expansion du marché des véhicules électriques, qui puisent leur énergie de batteries lithium-ion.
 
Une autre voie pour BHP Billiton
La première compagnie minière australienne, va bientôt concentrer ses investissements sur quelques secteurs. Le groupe ne compte plus sur le nickel pour accroître sa profitabilité.
Glencore Xstrata, qui dispose d’un important trésor de guerre, pourrait se porter acquéreur des gisements de BHP Billiton en Australie pour se renforcer notamment dans le nickel. Glencore est déjà au capital du premier aluminier, le russe UC Rusal et détient en Nouvelle-Calédonie 49 % de l'usine du Nord et du massif du Koniambo, dans le cadre de l'entreprise commune KNS fondée avec ses partenaires calédoniens de la SMSP. 
 
Publicité