outre-mer
territoire

Transat AG2R - le départ sera donné dimanche à Concarneau, cap sur Saint-Barth pour les quinze bateaux

voile
Guadeloupe Grand Large transat AG2R
©A. Courcoux/Transat AG2R
Quinze tandems, dont deux équipages guadeloupéens, prendront dimanche à Concarneau, en Bretagne le départ de la 12e édition de la Transat AG2R en direction de l'île antillaise de Saint-Barthélemy sur des monocoques Figaro 2.
La Transat AG2R, longue de quelque 3 890 milles (environ 7 200 km) via La Palma (îles Canaries), se déroule tous les deux ans depuis 1992. Les quinze duos (un de moins que lors de la dernière édition, en 2012) tablent sur une traversée de 20 à 25 jours.

Des vétérans expérimentés

La flotte, assez homogène, est cette année un intéressant cocktail de vétérans des courses océaniques -comme Michel Desjoyeaux, Roland Jourdain, Jean Le Cam ou Kito de Pavant- et de marins moins expérimentés, avec une moyenne d'âge de 37 ans.
Michel Desjoyeaux, 48 ans, vainqueur de deux Vendée Globe et de trois Solitaires du Figaro, fera équipe avec Corentin Horeau, 24 ans (Bretagne - Crédit Mutuel Performance). Pour Michel Desjoyeaux, ce sera le grand retour (après 16 ans d'absence) sur cette transat qu'il a déjà courue à trois reprises (1992/1996/1998) et dont il a remporté la première édition en 1992 avec Jacques Caraës.

Deux équipages de Guadeloupe

C'est le pôle Guadeloupe Grand large qui aligne au départ deux équipages guadeloupéens, novices sur cette épreuve.
GGL 1
Arthur Prat et Mathieu Forbin ©A Courcoux
Le premier équipage (photo ci-dessus) est composé d'Arthur Prat, 25 ans et Mathieu Forbin, 34 ans

GGL2
©A. Courcoux
Le deuxième duo (ci-dessus) est formé de Nicolas Thomas et François Guibourdin. Agés de 24 et 42 ans. 

Regardez cette vidéo des organisateurs de la course sur l'entraînement du pôle Guadeloupe Grand Large à Lorient, dans les semaines qui ont précédé la course:

Météo clémente

La météo s'annonce bonne pour le départ fixé à 13h00 dimanche, ainsi que pour les premières journées de course dans le Golfe de Gascogne. A priori, pas de méchant coup de vent en perspective. Les concurrents, tous à la barre de Figaro 2 de 10,15 m de long, devraient démarrer la course au près, dans un vent de sud-ouest de 10 à 15 noeuds, avant d'être soumis à l'influence de l'anticyclone des Açores qui va progressivement prendre ses aises. Une entame très printanière...
Publicité