Nickel : Vers une sortie de crise pour Eramet

nickel
usine du nord
Massif minier en Nouvelle-Calédonie ©Alain Jeannin

Avant la reprise, la crise du nickel en 2013 et ses conséquences. Dans un communiqué publié mardi à Paris, Eramet indique avoir subi une baisse de 10,4 % de son chiffre d'affaires au premier trimestre 2014, à 714 millions d'euros.

Un résultat caractérisé par un repli de 8 % de l'activité nickel, une activité marquée depuis par la forte reprise des cours du métal survenu en mars. 

Le groupe minier Eramet confirme attendre une amélioration de son activité au deuxième trimestre, dans un contexte de "rebond significatif" des cours du nickel. "Le chiffre d'affaires du groupe au deuxième trimestre 2014 devrait progresser" a indiqué Eramet dans un communiqué.

Dans la branche nickel, fortement impactée par la chute du cours du nickel au LME de Londres, Eramet s'attend à une amélioration grâce au rebond intervenu en mars 2014 et qui se poursuit. Eramet indique néanmoins que son résultat opérationnel courant pour le premier semestre 2014 devrait être "du même ordre" que celui du second semestre 2013, qui était ressorti en perte de 36 millions d'euros. Dans un contexte redevenu positif depuis quelques mois "les programmes d'amélioration de la productivité et de réduction des coüts à tous les niveux du groupe se poursuivront durant l'année 2014" précise Eramet.


"A la fin du mois de mars, Eramet dispose d'un niveau de liquidité très important et conserve une situation financière  solide. Au second trimestre 2014, les besoins de trésorerie devraient se réduire très significativement grâce au flux de trésorerie nets provenant des activités opérationnelles" affirme également le communiqué.

La mise en œuvre en Indonésie depuis janvier 2014 de l'interdiction d'exporter du minerai de nickel non transformé localement crée les conditions d'un rééquilibrage progressif du marché. A cette interdiction s'ajoute les difficultés d'exportation du nickel russe en raison de la situation politique en Ukraine. Dans la foulée du rebond des cours du nickel et d'un grand projet minier en Nouvelle-Calédonie avec le groupe brésilien Vale, le titre Eramet a rebondi, avec un gain de 35 % depuis le début de l'année.