Les européennes en Outre-mer : quatre listes europhiles susceptibles de l'emporter

politique
Europe
©FRANK MAY / PICTURE ALLIANCE / PICTURE-ALLIANCE/AFP
Non, les candidats aux européennes en Outre-mer ne sont pas tous eurosceptiques et/ou issus de partis quasi inconnus. Gros plan sur les quatre listes europhiles susceptibles de l'emporter les 24 et 25 mai prochains.
En matière d'élections européennes, La1ere.fr a déjà dressé la liste des candidats eurosceptiques et fait le tour des partis quasi-inconnus. Place aux listes ultramarines qui ne rejettent pas l'Europe en bloc et sont susceptibles de l'emporter les 24 et 25 mai prochains. L'enjeu : l'élection de trois députés de l'Outre-mer au Parlement européen.

Europe Ecologie

La tête de liste d'Europe Ecologie est réunionnaise, elle s'appelle Yvette Duchemann. Si le programme des Ecologistes ne comporte pas une ligne sur les Outre-mer, Yvette Duchemann insiste sur l'importance de l'indépendance énergétique : "nos territoires recèlent d'énergies renouvelables que l'on peut utiliser pour créer de l'emploi et mettre en place une économie viable", affirme-t-elle. Elle plaide aussi pour l'autonomie alimentaire des Outre-mer : "nous voulons encourager une meilleure suffisance alimentaire qui ne serait pas fondée uniquement sur les grosses cultures, mais également sur une agriculture de terroir". Pour en savoir plus : la liste complète et le clip de campagne.

Le Parti Socialiste

La liste socialiste s'appelle "Choisir notre Europe". En Outre-mer, elle est emmenée par le Réunionnais Philippe Le Constant. Contrairement aux autres partis, le programme socialiste comporte un volet spécifique pour les Outre-mer. Parmi les promesses : "faciliter la mobilité, garantir l'éducation et la formation des Ultramarins afin de lutter efficacement contre le chômage des jeunes". Pour Philippe Le Constant, l'emploi des jeunes doit devenir la priorité de l'Union européenne. Autre proposition : réformer le "programme d'options spécifiques à l'éloignement et à l'insularité" (POSEI) : un dispositif spécifique pour les régions ultrapériphériques qui vise à maintenir des productions telles que la banane et la canne à sucre. Les socialistes souhaitent notamment que le POSEI soutienne davantage les jeunes agriculteurs. Pour en savoir plus : la liste complète et la vidéo de campagne.

L'UDI-MODEM

Le Calédonien Léonard Sam est tête de liste pour l'UDI-MODEM. Parmi ses propositions, le renforcement des liaisons aériennes, maritimes et terrestres pour assurer une "réelle continuité territoriale". Il insiste par ailleurs sur la nécessité d'investissements "ambitieux" dans les énergies renouvelables pour parvenir à l'indépendance énergétique des Outre-mer. Il attache aussi beaucoup d'importance à la préservation de la biodiversité, "surtout après ce qui s'est passé à Vale", précise-t-il (l'usine de nickel rencontre des problèmes récurrents de fuites d'acide qui dégradent l'environnement). Une promesse originale figure également dans le programme de l'UDI-MODEM : "la désignation régulière d'une région ultrapériphérique comme capitale européenne de la culture". Pour en savoir plus : la liste complète et le clip de campagne.

L'UMP

Le député sortant Maurice Ponga se présente à nouveau aux européennes sous les couleurs de l'UMP. Le Calédonien est tête de liste, devant la Réunionnaise Yolaine Costes. "Les règlements européens ne tiennent pas assez compte des particularités de nos territoires", martèle cette dernière. Nous voulons  que l'argent investi au titre de la politique de la solidarité soit plus efficace dans les années à venir." A cet effet, Maurice Ponga souhaite créer un instrument financier "sur mesure" afin de remplacer les fonds européens de développement. Autre cheval de bataille : la défense des quotas sucriers en Outre-mer pour préserver la filière de la canne. Il voudrait aussi mettre en place un "mécanisme de protection de la biodiversité" dédié aux Outre-mer. Pour en savoir plus : la liste complète et le clip de campagne.
Les ultramarins dans la circonscription Île-de-France
Deux ultramarins figurent sur les 31 listes de la circonscription Île-de-France. Sur la liste "Choisir notre Europe", du parti Socialiste, Pierre Kanuty, originaire de Martinique, est en dixième position (sur trente).
Sur la liste UMP "Pour la France, agir en Europe", la Réunionnaise Samia Badat-Karam est en 26ème position. 
La circonscription Ile de France enverra quinze députés au parlement européen.