L'Autorité de la concurrence sanctionne SRR à hauteur de 45,9 millions d'euros

économie
SFR
©WILFRIED LOUVET / ONLY FRANCE
SFR et sa filiale à la Réunion et à Mayotte SRR viennent d'être sanctionnés par l'Autorité de la concurrence à hauteur de 45,9 millions d'euros. L'opérateur pratiquait des tarifs abusifs pour les appels émis de son réseau vers un autre opérateur.
Quand on est chez SRR, mieux vaut avoir tous ses amis chez le même opérateur. Depuis plusieurs années la filiale réunionnaise  de SFR pratique une différence de prix notable entre les appels passés d'un mobile SRR à un autre mobile SRR  et ceux émis vers le téléphone d'un opérateur concurrent.


Première injonction en 2009

En septembre 2009, l'Autorité de la concurrence a été saisie de ce cas par Orange et Outremer Telecom. Elle demande alors à SRR de mettre fin à ces pratiques, estimant qu'elles n'étaient pas justifiées par les différences de coûts supportées par l'opérateur.
 

Une différence de 3 centimes par minute

SRR respecte l'injonction de l'Autorité pour ses SMS, mais pour certaines de ses offres, les tarifs de ses appels restent inégaux : on note en moyenne une différence de 3 centimes d'euros par minute entre un appel au sein du réseau SRR et un appel émis vers les réseaux de la concurrence.
Résultat : le 24 janvier 2012, SRR est déjà sanctionné une première fois à hauteur de 2 millions d'euros.

Mais à la Réunion, ces pratiques, commencées en 2000 n'ont pris fin qu'en 2013. Pour Mayotte, elles se sont étalées de fin 2006 à début 2010.
Par conséquent le montant de cette nouvelle sanction est autrement plus considérable: 45 939 000 euros, à l'encontre de SFR et de SRR. Un montant élevé mais l'opérateur, ayant reconnu  la pratique, a bénéficié d'une ristourne, de l'ordre de 18%.

Ecoutez Emmanuel Combe président de l'Autorité de la concurrence au micro de Tessa Grauman pour Radio Outre-mer 1ere

Emmanuel Combe




Pour rappel, dans l'Hexagone, les opérateurs Orange et SFR avaient déjà été sanctionnés par l'Autorité pour des faits similaires: ils avaient écopé d'une amende de 183 millions d'euros.