outre-mer
territoire

Ouverture du Mondial : ambiance dans mon quartier de Rio

coupe du monde
Café Rio ambiance
©Nicolas Ransom
Nicolas Ransom ouvre une nouvelle page de son Carnet de Coupe. Aujourd'hui, le journaliste installé au Brésil depuis plusieurs années raconte comment il a vécu la première journée du Mondial, dans son quartier de Rio de Janeiro, au milieu des Brésiliens de la rue. Ambiance !
Mercredi à Rio, c'était le jour J. Le coup d'envoi, tant attendu, de la Coupe du monde. Que va-t-il advenir ? Des manifestations, une belle fête, une victoire ou une défaite du Brésil, des problèmes dans les transports, des soucis dans l'organisation ? 

Toutes ces questions, je me les pose et on me les pose tous les jours. Je décide donc de sortir. Changer d’air. M’aérer l'esprit dans un quartier que je connais bien. Le quartier de Gloria et sa célèbre rue Benjamin Constant. Ici, pas de touristes. Pas de presse internationale. Je serai tranquille pour le coup d'envoi.   

Son visage sur le mur

Dans cette rue, tout a été organisé pour que la fête soit belle. Colorée. A ma gauche, il y a "Will Do Brasil". Ce caricaturiste, portraitiste, peint les visages des habitants du quartier sur un mur blanc. Pour 3 euros, il immortalise les visages des personnes venues assister à la retransmission du match dans le bar d'en face.
Dessinateur Rio
©Nicolas Ransom

Tout le monde est fier d'avoir son visage sur le mur. Ici on vient reconnaître son voisin ou un  membre de sa famille. Will s'applique. Stupéfiant. Je suis impressionné par la rapidité et la précision de son geste. 
 

Tout le quartier se mobilise

Plus loin, Walter et Luis, 45 et 47 ans. Ce sont eux qui organisent les décorations de rue depuis 1982. Choix des drapeaux. Des fresques murales. Gestion du budget. Ils préparent ce jour-là depuis des mois. Alors, pour que la rue soit belle, tout le quartier se mobilise. 10 réais, 20 réais. Ici, des personnes de tous âges se retrouvent.  Je croise des bébés en landau, des personnes âgées, des chiens déguisés, tout le monde est réuni. Ensemble. On fait des paris, bière à la main, sur le résultat du match.
Poussette Rio
©Nicolas Ransom


"Voir le ballon rouler"

Joao, Marcos, Rodrigo, Helena Jackeline, tous sont heureux et impatients d'entendre les hymnes. De voir le ballon rouler. De voir Neymar marquer des buts. L’espoir de vivre une très belle Coupe du monde à la maison est très présent.  
Dans ce climat, je me retrouve loin de l'agitation de Copacabana et du Barnum FIFA. Walter m'explique qu'il a accroché au balcon les drapeaux des quatre demi-finalistes : France, Allemagne, Brésil, Italie... Nous plaisantons ensemble. 
Rue rio de janeiro
©Nicolas Ransom
Le match commence mal : but de la Croatie. Pire même : but contre-son-camp du Brésil. On se prend la tête entre les mains... La suite du match et le résultat vous les connaissez...
Pendant le match - supporter Rio
©Nicolas Ransom

Moi, je suis heureux. La Coupe a commencé et j'ai passé une excellente journée. 

 

Publicité