outre-mer
territoire

Neymar contre Benzema, on échange ?

société
Enfant vignette Panini Rio
©Nicolas Ransom
Dans Carnet de Coupe aujourd'hui, une découverte surprenante : Benzema et Valbuena valent... 30 centimes. Nicolas Ransom a rencontré à Rio les collectionneurs brésiliens d'images...Panini. Et il n'y a pas que des enfants !
Hier, j'ai rajeuni de près de 30 ans. Ça s'est passé en plein centre de Rio, à deux pas de la cathédrale. Mais rien à voir avec un miracle. Non, juste un flash-back. Je me suis retrouvé transporté en 1986, dans le tabac-presse de mon village. En train de tanner ma mère pour qu'elle m'achète des autocollants Panini du Mondial mexicain, avec Platini, Giresse et les autres...
 
Tout ça parce que j'ai croisé un regard. Celui de Leandro, 10 ans. Assis sur le trottoir, un album sur les genoux et des dizaines d'autocollants à la main. 

Des enfants, mais pas seulement !
Autour de lui, des dizaines de personnes en train d'échanger leurs précieuses images. Des hommes et des femmes, des adultes et des enfants, des hommes d'affaires en costard-cravate et des peintres en bâtiment...
échange vignettes panini Rio
©Nicolas Ransom

Je suis dans la rua Uruguaiana, un des spots d'échange les plus prisés de Rio. Vinicius y vient souvent en sortant du bureau. Cet avocat est en service commandé. "Je viens pour mon fils. Il ne lui manque plus que 40 vignettes sur 650..." Alors Vinicius, une feuille avec des numéros raturés à la main, va à la chasse aux autocollants... 
Bourse aux échange vignettes
©Nicolas Ransom

"Je n'ai pas assez d'argent"
D'autres sont plus organisés. Plus pros. Comme Eduardo, 24 ans. Cet étudiant en technologie a une appli "spéciale collectionneurs" sur son smartphone... "Plus tu approches de la fin, et plus c'est difficile de trouver les joueurs qui te manquent. J'aimerais bien les commander sur internet mais c'est cher. Je n'ai pas assez d'argent.
Echange vignettes panini Rio
©Nicolas Ransom

Pour ceux qui en ont, de l'argent, il y a Marcos, revendeur d'autocollants et d'images Panini depuis 2005. Violetta, Hello Kitty, Championnat NBA, Mondial de foot... Marcos en a pour tous les goûts. Et toutes les bourses. Assis sur son tabouret, il expose ses trésors. Parmi eux, l'album complet "France 98". 60 euros pièce. Un quart de SMIC brésilien...
Panini France 98
©Nicolas Ransom

30 centimes pour Benzema
Marcos est un malin. Un pionnier aussi. "Il y a neuf ans, j'étais le seul à Rio. Aujourd'hui, on est au moins 200 ou 300 revendeurs." Il faut dire que c'est une affaire qui marche. Le cours des stars du ballon rond ? "30 centimes pour Benzema ou Valbuena, le double pour les joueurs brésiliens, sauf pour Neymar ! Neymar, lui, c'est spécial. Son autocollant peut se vendre jusqu'à 5 euros !"
Autocollant Neymar
©Nicolas Ransom

Le braquage des vignettes !
Le chiffre d'affaires ? "Top secret ! Ça se compte en milliers d'euros par mois mais je travaille 10 heures par jour, 7 jours sur 7, et toute l'année ."
Vignette Panini Rio
©Nicolas Ransom

Et oui, au Brésil, la vente d'autocollants est un vrai business. Qui attise les convoitises.
Il y a deux mois, lors d'une livraison, une camionnette a été attaquée par un gang armé à Rio. Les braqueurs se sont enfuis avec toute la cargaison : 300.000 autocollants Panini...
 
Publicité